Depuis notre test, la carte du Bercail a connu quelques changements. Elle s’est raccourcie et simplifiée. À vous de nous dire ce que vous en pensez !

Au Bercail, c’est le nouveau bar-restaurant de la jolie petite place rue du bain Finkwiller. C’est en fait la réunion récente de deux anciens établissements (Au bonheur des Dames et le Big Apple Bar). Il est donc réparti entre deux bâtiments – deux lieux, deux ambiances.

Situés de chaque côté de la place, les deux espaces intérieurs, « salon » et « salle à manger », sont séparés par une grande terrasse appelée « jardin ». On y sert à manger en continu de 8h à 11h en semaine, et jusqu’à 4h le weekend. Le concept, un peu comme à la maison, est de mettre à l’honneur chaque moment de la journée. On y trouve en semaine des petits déjeuners, plats du jour à prix rikikis, une carte de type « brasserie », avec tartes flambées et tartines pour un service en continu, un happy hour en fin de journée et une carte de cuisine chaude à midi et le soir jusqu’à 23h. Le bar propose également une longue liste de cocktails permettant de pousser l’expérience jusqu’au bout de la nuit.

Il faisait beau, nous nous sommes donc installées un mercredi midi en terrasse, sur cette jolie place à colombages. Nous avons été très bien accueillies, le patron a de l’humour et paraît un brin franchouillard. La terrasse est en partie ombragée, ce qui est agréable par grand soleil, mais tout le monde n’en profite pas. Dommage que la rue Finkwiller, dans notre dos soit si bruyante car le lieu est sympa. A l’intérieur, la déco est travaillée, en bois, moderne, et les deux espaces sont très différents.

L’espace « salle à manger » fait penser à une petite cantine très mignonne, tandis que l’espace « salon », tout en bois et très tamisé, est conçu dans un esprit un plus vintage. L’intérieur contraste donc avec le mobilier de terrasse en plastique et les sets de table en papier vert anis qui nous ont paru assez démodés.

Une fois installées, nous avons été surprises par la longueur de la carte. Difficile de choisir, tout est écrit en petit, il y a beaucoup de lignes. Mais à en croire les mentions, tout serait « fait maison ».
Nous étions tentées par le plat du jour à 5 € (qui ne le serait pas ?), nous y avons renoncé quand le patron nous a dit qu’il s’agissait d’une simple bruschetta à la tomate et à l’huile d’olive. Cela nous paraissait trop peu, et nous avions trop faim ! 5 € c’est bien, mais il faut que ce soit suffisant. Nous nous sommes donc concentrées sur la carte. Elle propose des entrées typiques de la cuisine traditionnelle française : tartare de saumon, œufs meurette, salade de rouget, os à moelle, toutes servies en deux formats et comprises entre 6 € et 14 €. J’ai choisi les œufs, Morgane qui m’accompagnait, le tartare de saumon. Puis nous avons été tentées par les spécialités de viande de la maison : la pièce du boucher du jour à 9,90 € pour Morgane et le tartare de bœuf à 10 € pour moi (prix au passage très raisonnables). Le restaurant semble d’ailleurs s’être spécialisé dans les plats de viande. La carte propose du cochon de lait, du veau, de l’agneau, du canard (en Parmentier) et plusieurs pièces de bœuf (entrecôte, côte …) pour des prix allant jusqu’à 25 € par personne (la côte de bœuf pour deux est à 50€). Nous avons accompagné notre plat d’un quart de rouge sur les conseils avisés du patron. Il était d’ailleurs très bon.

Lorsque les entrées sont arrivées, nous les avons trouvées bien présentées et appétissantes. Mais nous avons vite été déçues. Mes œufs meurettes dont la sauce contenait du lard étaient beaucoup trop salés, tandis que le tartare de saumon de Morgane manquait clairement d’assaisonnement. Les pommes qui devaient l’accompagner étaient quasi inexistantes. J’avais faim, j’ai quand même mangé mon œuf, mais avec beaucoup de pain pour compenser le sel. Puis sont arrivés les plats. La pièce de bœuf boucher était servie généreusement. La cuisson et les frites étaient bonnes, la sauce simple, sans plus, mais bonne. Le tartare quant à lui est arrivé déjà tout prêt, ce qui me gêne un peu. Il était servi sur une ardoise comme le précédent. La présentation aurait pu être un peu plus soignée. Mais l’assaisonnement était bon, je n’y ai ajouté qu’un peu de tabasco. Les viandes étaient donc plus réussies que les entrées. Rien d’exceptionnel cependant.

Pour finir sur une bonne note, nous avons quand-même voulu tester les desserts qui au passage restent très classiques : tiramisu, fondant au chocolat, tarte du jour, panna cotta, crème brûlée et café gourmand (de 5 € à 9 €). L’amour de Morgane pour les tartes maisons a parlé, elle a pris la tarte à la rhubarbe meringuée ; moi la panna cotta. Elle était bonne et généreusement servie, dans un grand verre avec un coulis de fruits rouges maison. Pour la présentation, on trouverait quand-même à redire, le verre était posé sur une serviette en papier vert anis (décidemment) que j’ai ôté pour la photo (trop c’est trop). La texture de la crème était bien, la technique maîtrisée, la panna cotta réussie. J’ai fini mon repas sur la note recherchée. Ouf ! En revanche, la tarte à la rhubarbe a beaucoup moins plu à Morgane. D’aspect déjà, les fruits étaient compotés et non en morceaux, la meringue un peu trop brunie et au goût … elle n’avait pas l’air fraîche du jour. Elle sentait un peu … « le frigo » … selon ses mots. Elle ne l’a pas terminée et l’impression générale reste assez mitigée …

Peut-être qu’à vouloir trop en faire, le Bercail en a oublié les fondamentaux. L’assaisonnement et la fraîcheur sont à mon sens des éléments indispensables en cuisine. Plus que de pouvoir m’assoir dans un établissement à toute heure de la journée, et y manger du matin au crépuscule, c’est de pouvoir goûter des plats élaborés et des produits de qualité qui m’importe. Le pari était gros et n’est peut-être pas tout à fait relevé puisqu’ici rien ne nous est apparu comme exceptionnel. On notera toutefois un rapport qualité-prix correct pour les pièces de viande qui étaient plutôt bonnes mais sans prétention. Cela fait aussi du bien de voir que certains patrons strasbourgeois comme celui-là se décarcassent encore pour proposer des établissements conviviaux et créer une vraie relation avec leurs clients. Ce serait peut-être le point positif de cette expérience.

Pour résumer, le Bercail c’est une cuisine traditionnelle, très basique et sans chichis, un rapport qualité-prix correct, des plats du jour à prix imbattable, un personnel sympa, mais une carte longue sur laquelle toutes les propositions ne se valent pas … et peut-être un concept trop complexe pour être parfaitement maîtrisé, et compris.

Addition totale à deux : 47,80 €

– Œufs meurette (Sauce grand-mère et chips de lard) 7.00 €
– Tartare de saumon (à la pomme Granny, salade verte) 8.00 €
– Tartare de bœuf 10.00 €
– la pièce du boucher 9,90€
– Fisher tradition 25 cl 2.90 €
– Tarte du jour 5.00 €
– Panna cotta 5.00 €

En bref

Les +

  • Grand espace et nombreuses places
  • Accueil et service sympas
  • Rapport qualité-prix correct

Les -

  • Les entrées choisies
  • Les desserts commandés
  • Les serviettes en papier vert anis
  • La complexité du concept et de la carte

Au Bercail

43 rue Finkwiller / 1 rue du Bain Finkwiller
67000 STRASBOURG
03 88 22 45 96
Le site web
Le brunch

Horaires d’ouverture :

Lundi au jeudi : 8h – 1h
Vendredi au samedi : 8h – 4h
Dimanche : 11h – 1h

LES COOKINES

Une histoire de copines, de goûters et de cuisine.

– Voir le blog –

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE