Le week-end j’ai pris pour habitude de toujours chercher quelque chose à faire un peu en dehors de Strasbourg. Me mettre « au vert », changer d’air, voir du pays, enfin vous m’avez compris quoi… La fin de semaine dernière, j’ai donc été visiter la biennale d’art urbain, suite à un énorme teasing de quelques uns de mes contacts Facebook…

Comme son nom l’indique, une biennale, c’est un événement artistique qui a lieu tous les deux ans, et pour celle que j’ai visité, il s’agit de sa quatrième édition. Elle prend ses quartiers dans la ville allemande de Völklingen, située à côté de Sarrebruck et « juste » à 130 kilomètres de Strasbourg (soit 1h30 en prenant son temps au volant).

Sachez que le lieu qui abrite cette Biennale vaut vraiment le déplacement ! En effet la « Völklinger Hütte », est classée au Patrimoine culturel mondial de l’UNESCO depuis 1994. Cette usine sidérurgique construite en 1873 était l’une des rares a assurer les différentes étapes de production de fonte et d’acier. Ce monstre de métal a notamment employé 17 000 personnes lors de ses pics de production. Il s’agit également du tout premier monument industriel à être inscrit sur la liste de l’UNESCO, champagne !

En ce qui me concerne j’ai pris une énorme claque visuelle. On se croirait dans un paysage post-apocalyptique, immense, gigantesque et entièrement nappé de rouille… C’est tout simplement splendide.
Vous êtes charmé par l’urbex mais n’avez pas le courage de rentrer en douce dans un bâtiment désaffecté ? Cette visite pourra satisfaire vos désirs. Vous êtes férus d’histoire ou d’art ? Foncez-y ! Vous êtes tout simplement curieux ? N’hésitez pas.

Pour visiter le site, comptez entre deux et quatre bonnes heures qui finiront par le clou du spectacle : la plateforme du « Gueulard » (c’est ici que les matières premières étaient versées dans les hauts-fourneaux). Une ascension de 27 mètres qui aboutira par une vue panoramique de l’usine et ses environs. Impressionnant.

Cette quatrième biennale est l’un des plus grands projets d’art urbain au monde. Vous pourrez y admirer des œuvres de 100 artistes issus de 17 pays différents, le tout sur 100 000 mètres carrés !
Pour les novices comme les amateurs, vous pourrez découvrir les grands noms du mouvement : Banksy, Blek le Rat, Rero, Shepard Fairey, Jef Aerosol, pour ne citer qu’eux. L’exposition brosse un portrait assez large de la scène de l’art urbain actuel. On pourra cependant regretter l’absence d’œuvre de Invader ou des DMV (Da Mental Vaporz), mais me concernant, j’ai pu voir de près des œuvres de mes artistes préférés : Robert Proch, Eric Lacan ou YZ, des artistes que nous n’avons pas pour habitude de voir dans notre belle capitale alsacienne.

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo d’introduction, les artistes ne se sont pas contentés de présenter des toiles, vous pourrez également découvrir des œuvres In Situ ! Chaque année, des artistes sont invités à investir les parties extérieures de l’usine, cette année il s’agit des Français : Levalet, du duo MonkeyBird et du collectif Francs Colleurs, je ne vous en dis pas plus, c’est à vivre avec vos yeux !

Mention très spéciale pour deux œuvres des années précédentes : L’installation de Thomas Canto, troublante, vibrante. Je suis resté à l’admirer une bonne dizaine de minutes. Également une fresque réalisée par l’artiste Portugais Vhils qui a la particularité de façonner ses portraits muraux à l’aide d’ustensiles peu conventionnels, comme le marteau piqueur ou un marteau et un burin.

Vous l’aurez sans doute compris : je vous recommande vivement cette exposition, d’autant plus qu’elle se termine le 5 novembre.


Passons maintenant de quelques points négatifs :

  • Pas de voiture ?  il vous sera plutôt compliqué d’aller visiter cette exposition…
  • Le prix : C’est tout de même 15 euros l’entrée auquel il faudra ajouter le prix de l’essence et le péage (6 euros le trajet).
  • La météo : Regardez-la, si il est prévu de pleuvoir, n’y allez pas. 40% de l’exposition et des choses à voir sont dehors et sans couverture.
  • Si vous êtes pressés passez votre chemin, comptez 4 bonnes heures pour tout faire sans courir.

Les bons plans  :

  • Tous les mardis après 15h l’entrée est gratuite ! Elle est pas belle la vie ?
  • Pour les étudiants et les moins de 18 ans, l’entrée est gratuite tout le temps !
  • Pour les fringales sur place, vous avez un petit café-resto à l’entrée, pas très cher et dans lequel la carte bleue est autorisée (fait exceptionnel en Allemagne) et un Biergarten à la sortie (sans CB cette fois). Oui, parce qu’après avoir gambader quelques heures, ce serait triste de se refuser une petite Weissbier hein !

BIENNALE URBAN ART – VOLKLINGEN 2017
Jusqu’au 5 novembre 2017

Le site web
La page Facebook



4 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE