Dans la langue de Gutenberg, « böje » signifie « bâtir ». Natasha, 29 ans et fondatrice de Boïja, s’est clairement inspiré de ce charmant petit mot pour baptiser sa marque de vêtements de sport eco-friendly : « Je voulais faire un clin d’œil à l’Alsace et apporter au passage l’idée de construction de projet. »

Du sens, du bio et du sport nom de Dieu !

Le projet en question a démarré il y a environ un an quand, après 6 années en tant que responsable des Ressources Humaines à Paris, Natasha, qui s’ennuyait dans son travail, décide de tout plaquer pour aller vivre à Strasbourg avec son compagnon. Pour elle, cet ennui chronique qui pousse à la quête de sens est un phénomène générationnel :  « On nous a dit faire de faire de bonnes études, pour avoir un bon métier, une bonne paye, pour être heureux. C’est ce qu’on a fait et finalement on est pas si heureux que ça, parce qu’on se lève le matin sans vraiment savoir pourquoi. »

Progressivement, elle s’intéresse aux nouveaux modes de consommation : elle essaye de reprendre en main son alimentation et cherche des solutions pour se maquiller et « s’habiller éthique sans y laisser un SMIC« . Elle découvre au passage que, si de plus en plus de boutiques de prêt-à-porter proposent aujourd’hui des alternatives bio, écologiques et respectueuses de l’environnement (Ekyog, Stanley & Stella, Veja entre autres), lorsqu’il s’agit de s’équiper en tenues de sport, le challenge reste entier. « Dans ce domaine, le choix est très restreint. Il n’y a que des grosses marques qui ne respectent pas vraiment l’Homme et l’environnement. Parmi les rares alternatives, il y a Patagonia, mais de mon point de vue, ils ne vont pas assez loin car leurs produits sont fabriqués au Sri Lanka, pas en France.« 

Partant de ce constat, la jeune entrepreneuse, très sportive de surcroit, décide de pallier à ce manque en créant Boïja. Il y a encore un an, tout était encore à faire : le réseau, la logistique, la gestion, la création du concept. Mais l’Alsace étant une terre pleine de ressources et un bon tremplin pour les jeunes créatifs motivés, après plusieurs mois de préparation, la toute première collection de Boïja a été mise en ligne en juin dernier, via la plate forme ulule. L’objectif de cette campagne est de soutenir le financement du site e-commerce qui sortira à la rentrée ainsi que la production des produits.

Et dans cette première collection, on trouve quoi ?

Des vêtements de sport eco-friendly, pardi ! Faut suivre hein. Bon, pour rentrer un peu plus dans les détails, on y trouve plus précisément des t-shirts de yoga, des shorts techniques et des shorts de bain, pour femmes et hommes. Tout ça conçu évidemment en France et à partir de matériaux validés par Nicolat Hulot. Par exemple, les shorts sont fabriqués avec du polyester recyclé et de la pulpe d’eucalyptus. Ouais, moi aussi j’ai bugué au départ, mais il paraît que c’est de la fibre de bois qui nécessite moins d’eau et moins de pesticide que le coton. En gros, c’est plus adapté à la pratique sportive parce que c’est un anti-bactérien naturel super efficace qui permet à ton short de ne pas sentir le rat mort après quelques heures de sport. Merci Mère Nature <3. Les t-shirts de yoga, eux, sont fait de viscose et de lin : « le lin est une matière plus noble que le coton. Et il faut savoir que la France est un des plus gros producteur de lin en Europe. Donc il est plus facile d’obtenir du lin français que du coton.« 

Par contre, qui dit produits de qualité, circuit court, salaires français et écologie dit aussi tarif plus important. Le prix d’un t-shirt de yoga est donc de 40 euros en prévente sur la page ulule et sera vendu 50 euros à partir de septembre sur le site e-commerce. Un prix qui reste pas mal dissuasif pour la plupart d’entre nous. Mais face à cette réticence, Natasha répond que finalement, en tant que consomm-acteur, c’est nous qui avons le pouvoir de choisir dans quel type de produit nous voulons mettre notre argent, en fonction des valeurs auxquelles on croit et des causes que l’on veut défendre.

En tout cas, si le projet vous intéresse, il vous reste encore quelques jours pour le soutenir car plus on est de fous, plus Boïja pourra proposer de nouvelles références, de nouveaux coloris et plus vous pourrez faire du sport en étant SUPER GREEN.


La page Ulule de Boïja

La page Facebook de Boïja


  

 

4 COMMENTAIRES

  1. Super concept et projet qui a l’air bien construit (les photo sentent le crossfit d’ailleurs c’est bon ça !), par contre un conseil : il faut travailler le logo, celui-la fait 100% amateur et ça décrédibilise tout, dommage…

    • Bonjour Hugo,

      Les tissus sont fabriqués en région lyonnaise et ils les produits sont montés dans les Vosges.

      A ta disposition pour tout complément d’information.

      Sportivement, Natacha

LAISSER UN COMMENTAIRE