Ce dimanche à partir de 14 heures, le festival « Y a du monde au balcon » revient ambiancer le Neudorf avec sa deuxième édition. Au programme, huit groupes (de musique électro, rock, folk, swing et de musique du monde) se succèderont sur le balcon du n°14 de la rue du Ruisseau Bleu fermée à la circulation pour l’occasion. Avec cet événement festif, décontracté et gratuit, les trois organisateurs derrière cette initiative citoyenne souhaitent fêter et transmettre en musique l’esprit de la rue populaire et solidaire qu’ils habitent. Car selon l’adage des résidents de la rue du Ruisseau Bleu, ici « rien ne se vend, rien ne s’achète : tout se partage ! » Tous les groupes joueront donc gratuitement et les participants sont invités à ramener ce qu’ils souhaitent consommer, pour une fin de week-end à la bonne franquette.

Rue du Ruisseau Bleu : une vie de quartier unique en son genre

Depuis maintenant quinze ans, la rue du Ruisseau Bleu vibre au rythme des événements gratuits organisés par ses habitants solidaires. À l’origine de cette vie de quartier unique en son genre, on trouve les deux voisins Patrick et Jürgen, qui ont choisi de répondre à l’agression d’un résident par la création d’une fête annuelle de rue afin d’en rapprocher les habitants. Des années plus tard, le pari semble réussi : les habitants de la rue du Ruisseau Bleu s’échangent leurs appartements, se prêtent leurs voitures, se gardent leurs enfants et se descendent leurs bières ensemble sur le trottoir en fin de semaine… C’est dans la droite lignée de ce vivre-ensemble réinventé que trois musiciens habitant la rue, Michel, David et Taner, ont imaginé le festival « Y a du monde au balcon ».

« Y a du monde au balcon » : un festival monté sans budget

À la fin du printemps 2016, Michel, David et Taner formulent une idée commune, celle d’un festival musical qui animerait leur lieu de vie chéri le temps d’un après-midi : « On ne s’est pas trop posés la question de la faisabilité… La vie de ce quartier repose sur des initiatives citoyennes, on n’a pas eu l’impression de se lancer un défi impossible. » En quelques mois, le festival est monté sans le moindre budget : le balcon sur lequel les groupes défilent est celui de Taner (aujourd’hui celui de Michel), la décoration vient du stock accumulé pour la fête annuelle de la rue, et les trois amis musiciens possèdent déjà une sonorisation ! Les groupes, séduits par le concept du festival et l’esprit du lieu, jouent sans cachet, si ce n’est le contenu d’un chapeau de donation libre présenté au public : « C’est symbolique, mais ça rembourse leurs frais. On le fait pour animer notre quartier, on n’a pas d’autre ambition. » L’an dernier, plus de 600 personnes se sont déplacées, informées par un simple événement créé sur Facebook ! Pour répondre à ce succès qui les a positivement surpris, les trois amis ont travaillé sur une deuxième édition améliorée.

Deuxième édition : une programmation agrandie pour le même prix*

Parmi les améliorations apportées à cette deuxième fournée, les trois organisateurs évoquent une communication plus large grâce à une affiche créée par leur amie graphiste Zoé, une qualité de son plus fine développée par leur ami ingénieur du son Julien, et surtout une programmation plus longue avec huit groupes contre six l’année dernière. Le trio à la tête de l’événement explique : « On veut rester petit pour respecter la vie du quartier, le but de ces améliorations ce n’est pas de grandir mais de faire le mieux possible à notre niveau ! »

Dans la continuité de l’esprit do it yourself qui anime la rue du Ruisseau bleu depuis quinze ans, Michel, David et Taner ont choisi de plébisciter huit groupes originaires de Strasbourg. Pour satisfaire tous les auditeurs, les trois acolytes ont créé une sélection éclectique (allant de l’électro au rock en passant par le swing) et paritaire (avec deux groupes exclusivement féminins et cinq comptant au moins une femme parmi leurs membres) de groupes installés comme débutants (il s’agira du cinquième concert du Bazar du son par exemple). Et si les groupes répondent à leur appel sans défraiement, c’est justement par adhésion à ces principes d’ouverture et de solidarité qui portent ce festival original. Le groupe The Walk évoque le plaisir de participer à un événement auto-géré, Albinoid Sound System celui de jouer au contact du public, et le groupe The Cracked Cookies l’avoue sans détour : « C’est délire de jouer sur un balcon ! »

Pour retrouver une vie de quartier le temps d’un après-midi ou passer une fin de week-end sous le signe du partage, rendez-vous ce dimanche 10 septembre à partir de 14 heures (et jusqu’à 21 heures) sous le balcon au n°14 rue du Ruisseau Bleu !

*C’est zéro euro le prix, tu suis pas José(e).

Informations pratiques

La programmation par ordre de passage (prévoir 45 minutes par groupe) :
The Cracked Cookies (trio vocal swing)
Marie Gelis et son complice (chanson française)
Grand March (folk-rock)
The Walk (alt-rock)
Albinoid Sound System (électro-afrobeat)
Lucia de Carvalho (musique brésilo-angolaise)
Bazar du son (musique festive)
Unbekandt Orkestar (musique klezmer)

Le lieu du crime :
14 rue du Ruisseau Bleu, 67100 Strasbourg (à l’entrée du quartier Neudorf)
Bus 14 et 24 arrêt Mulhouse, tram D et E arrêt Etoile Polygone

Le prix de ce festival familial original :
0€ en prévente, 0€ sur place ! À chacun de ramener ce qu’il veut consommer.
Une seule contrainte à l’entrée : bon esprit exigé ! 😉

Suivez le festival sur cette page Facebook et la deuxième édition sur cet événement
PHOTOS : SASKIA BIEBERT

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE