Schiltigheim met la Tunisie à l’honneur depuis hier et jusqu’au 15 avril avec un festival qui met en avant des artistes du pays. Jusqu’à dimanche, tu peux aller voir de la danse contemporaine, écouter de la musique électro engagée et assister à des conférences et à des projections dans les différentes salles de la ville. L’un des rendez-vous du festival est le concert de Emel Mathlouthi à la salle des fêtes vendredi soir. On a discuté avec cette artiste engagée, en constante exploration musicale, de son rapport à la musique et de ce qu’elle réserve au public avec son nouvel album électro et expérimental.

Emel Mathlouthi a enregistré son nouvel album “Ensen”(Humain) entre sept pays sur trois continents, en collaboration avec plusieurs producteurs internationaux, dont Valgeir Sigurðsson – qui a notamment travaillé avec Björk. Être une citoyenne et artiste du monde, c’est une des forces que la chanteuse tunisienne revendique à travers ses textes profondément engagés, et humains. Ce nouvel album aux sonorités électro dans lequel elle chante en arabe, Emel l’a conçu “minutieusement, en mode laboratoire. On a travaillé avec des percussions tribales et des instruments ancestraux en leur donnant un couleur plus expérimentale, en explorant les différentes possibilité au niveau du son. Ça a ouvert une fenêtre musicale beaucoup plus riche”. Tout ce caractère expérimental sera retranscrit en totalité pendant le concert : “Sur scène, on a essayé de traduire cet album de la manière la plus réelle et la plus vivante possible. Sur cette tournée, on est beaucoup plus libre, on joue tout ce qui se passe, toutes les programmations et les sons sont joués sur les claviers et sur la batterie. Et on laisse aussi la musique évoluer au fil des prestations”.

Crédit photo: Julien Bourgeois

Ce rapport spontané et naturel à la musique, Emel le cultive depuis qu’elle a choisit de s’exprimer et de protester à travers sa musique et son chant.J’ai toujours eu une prédisposition à refuser les choses qui viennent d’un dogme, j’ai toujours voulu comprendre avoir une vision critique et libre, plus consciente des choses. Ça m’a donné un moteur artistiquement, et j’ai voulu vraiment en faire un usage. Pour moi, l’art et la culture c’est ce qu’on a de plus fort, notre richesse la plus importante actuelle pour faire face aux dérives d’aujourd’hui. Je suis contente de faire une musique qui est plus qu’une chanson qu’on va apprécier à un moment, mais une musique qui va voyager avec nous. Pour moi la musique doit stimuler, et laisser des traces”. L’artiste tunisienne, qui a déménagé en France pour vivre de sa musique, est connue pour ses textes contestataires et sa musique engagée. Sa chanson de 2007 “Kelmti Horra” a notamment était partagée en masse lors de la révolution tunisienne de 2011.

Lorsqu’on discute de la vie singulière et de l’engagement de Emel, on est presque étonné quand elle nous affirme qu’elle connaît l’Alsace.Il était temps que je vienne chanter ici ! Mon père a beaucoup vécu dans cette région. Je connais un peu Strasbourg et les villages aux alentours. J’ai passé un Noël ici, j’ai fait le tour des petits villages, visité les Vosges. Je me rappelle que malgré le froid, j’avais trouvé ça très féerique. J’ai été séduite par beauté de l’architecture et je me suis sentie imprégnée de l’histoire”.

En plus du concert d’Emel Mathlouthi (à ne pas manquer), tu peux aussi aller dès ce soir assister gratuitement à la conférence d’une docteure en musicologie au Cheval Blanc. Elle fera le tour de l’histoire la musique tunisienne. Tu peux aussi aller découvrir à partir de demain les 7 danseurs de « Sacré Printemps!« , un spectacle de danse contemporaine autour de la Révolution Tunisienne et de ses conséquences actuelles. Sinon, tu peux aussi découvrir la Tunisie à travers sa gastronomie (bah oui, chez Pokaa, on aime bien manger) avec des dégustations de plats tunisiens au halles du Scilt samedi et dimanche !

En tout cas, nous on sera au concert d’Emel Mathlouthi à Schiltigheim ce vendredi, et peut-être bien que vous aussi… Parce que ouais, on vous fait gagner des places !

HAAAAAN TROP COOL ! Et comment je fais pour participer ?

C’est simple. Il vous suffit de faire 2 choses :

• Liker la page Facebook de Schiltigheim Culture
• Liker et Partager la publication Facebook de cet article (en public)

Les 2 gagnants remporteront chacun 2 places et seront désignés jeudi.
Bonne chance ♥


Festival de la Tunisie à Schiltigheim

Programme et réservations

Emel Mathlouthi à la salle des fêtes de Schiltigheim
Vendredi 13 avril à 20h30
Réservations


Crédit photo: Blandine Soulage
Crédit photo: Blandine Soulage

PARTAGER
Anne Farcette
Strasbourgeoise de coeur, le stylo greffé à la main

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE