Bretonne d’origine (VIVE LE KOUIGN AMANN LIBRE!), quand mes copains strasbourgeois m’ont proposé de participer à une « transhumance », j’ai d’abord cru à un délire sectaire un peu chelou. Heureusement, le Dieu Wikipédia était là pour me guider sur la voie du savoir. Résultat, une « transhumance » c’est en fait « la migration périodique d’une part du bétail (bovidés, cervidés, équidés et ovins) de la plaine vers la montagne ou de la montagne vers la plaine ».

Grosso modo, le plan c’était d’accompagner la montée d’un troupeau de vaches vers les pâturages d’altitude. Et cela impliquait au passage : 1) de faire du sport, 2) de faire un tour dans la vallée (oh oh) de Munster (lalilala)déso, c’était bien trop tentant –  3) de manger et de boire des produits locaux. Comment refuser une telle proposition ?

C’est donc armé de nos petits sac à dos et de nos chaussures de rando que nous sommes arrivés à la ferme auberge du BuchWald, qu’un ami avait repéré sur le world wide web. Il était à peine 10 h 30 et l’ambiance était déjà festive et conviviale : environ 300 personnes étaient regroupées devant la maison et sirotaient du café, du thé ou du vin blanc (croissant / vin blanc au petit dej’, what else ?) au son des cloches que les animaux portaient fièrement autour du cou. Puis, soudain, les portes des enclos se sont ouvertes et les vaches, qui hibernaient dans leur maison d’hiver depuis des mois, ont enfin pu mettre leurs mufles dehors !

C’était le signal : la transhumance pouvait commencer. Docilement et dans la bonne humeur, les humains que nous sommes ont commencé à suivre le troupeau. S’en est suivi une balade de 20 km (aller et retour), en plein cœur de la Vallée de Munster ! Et je dois l’admettre : vous n’avez peut-être pas la mer, O alsaciens, mais p*****, vous avez de belles montagnes ! Moi qui n’avait pas vraiment eu l’occasion de m’aventurer hors du centre ville de Strasbourg auparavant, j’ai adoré découvrir cette partie de votre belle région, ses collines, ses arbres, ses ruisseaux, ses paysages à couper le souffle. Une vraie bouffée d’oxygène !

J’ai également découvert certaines traditions alsaciennes : des musiciens jouaient joyeusement quelques hymnes locaux à l’accordéon, le guide du troupeau m’a raconté avec passion l’historique du « chapeau marcaire » et j’ai pu dévorer déguster le fameux repas typique de la Vallée de Munster. Au menu : un délicieux potage de légumes, du collet fondant à souhait accompagné d’une salade de pomme de terre et, pour terminer en beauté, une tarte à la myrtille ! Le tout bien évidemment accompagné du produit phare de la vallée : le fromage ! Autant vous dire que pour redescendre ensuite, il suffisait de nous faire rouler.

Fatigués, mais repus et heureux, nous avons atterris ensuite à SonderNach, où Françoise Spenle nous a chaleureusement accueilli dans sa petite ferme auberge (que je vous recommande chaudement, contactez moi pour plus d’infos). Et c’est dans ce petit havre de paix que nous avons terminé ce week-end au vert, riche en découvertes et en dépaysement.

Et, en m’endormant bercée par le chant des oiseaux et du vent dans les sapins, loin des klaxons et de la pollution, je ne savais plus vraiment dire qui, des vaches ou des hommes, avait finalement été les plus heureux ce jour-là de s’élancer, au moins pour un moment, vers la liberté.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE