Cet été, nous avons photographié ceux qu’on ne photographie pas, ou plutôt ceux dont on photographie le travail sans le savoir…

Il y a ceux qu’on ne voit pas, parce qu’ils travaillent très tôt, très tard ou en coulisse. Il y a ceux qu’on voit sans voir, parce qu’ils ne représentent plus qu’un intermédiaire entre client et restaurateur dans le cas des livreurs à vélo, ou plus qu’une présence normalisée dans le cas des soldats de l’opération Sentinelle auxquels les strasbourgeois se sont habitués ces dernières années. Ces travailleurs qu’on ne voit pas ou qu’on ne regarde pas sont pourtant des rouages essentiels au bon fonctionnement d’une ville ! Propreté, transports, sécurité… Ces hommes et ces femmes, lève-tôt ou couche-tard, oeuvrent chaque jour au confort des strasbourgeois et à la satisfaction des touristes. En cette rentrée, nous avons choisi de leur rendre hommage. Parce que derrière toutes les photos de rues strasbourgeoises qui font le buzz sur Instagram il y a Michel qui a jeté les détritus et Michelle qui a arrosé les fleurs. Et on n’y pense pas assez. Alors merci Michel, merci Michelle.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE