Georges Lucas, Harrison Ford, Mark Hamill, Carrie Fischer, John Williams. Si ces noms nous semblent familiers, c’est parce que l’industrie du cinéma fonctionne comme un iceberg et que, dans la partie visible, on retrouve la plupart du temps les réalisateurs, les acteurs et parfois même les compositeurs (surtout quand ces derniers sont à l’origine de « The Imperial March », bordel !).

Par contre, nous connaissons moins les noms de John Mollo, Stuart Freeborn ou encore  John Barry, respectivement en charge des costumes, du maquillage et des décors de « Un nouvel Espoir ». Et pourtant, sans eux, pas de Yoda, de Chewbacca ou encore de sabres lasers. Pas de Star Wars, donc. Curieuse d’en savoir plus sur la partie – trop souvent – cachée de l’iceberg, j’ai décidé d’aller rencontrer l’équipe de Accurate Dream, société strasbourgeoise « spécialisée dans la création d’effets spéciaux de maquillage, de prothèses, costumes, armures et accessoires pour le cinéma et l’événementiel. »

Franck et Daniel, l’équipe d’Accurate Dream, dans leur atelier.

Franck – 25 ans –  et Daniel – 26 ans – se sont rencontrés alors qu’ils étaient encore étudiants. Le premier suivait à l’époque les cours de l’école de management et se passionnait pour la gestion d’équipes et de projets.  Le second, cinéphile depuis toujours, apprenait les bases des techniques de maquillage sur les bancs d’une école spécialisée, tout en expérimentant, bidouillant, et testant dans son coin pour peaufiner sa patte. Deux parcours singuliers, deux profils très différents, et pourtant, c’est de la combinaison de ces compétences complémentaires qu’est née Accurate Dream.

« C’est en 2013 que l’idée de créer quelque chose ensemble est devenue une évidence pour nous, même si à l’époque, c’était encore très flou ! » me raconte Franck. Le déclic ? La participation du binôme au concours Imats, compétition internationale de maquillage, qui s’est soldé par la 3e place du podium, rien que ça ! Il faudra cependant attendre 2 ans – de réflexion, d’ajustement, de spécialisation, d’expériences diverses – pour que Accurate Dream voit le jour, en 2015. Et pour ceux qui boycottent la langue de Shakespeare, « Accurate Dream » ça veut dire « Rêve précis » en français. « On voulait un nom qui représente bien nos valeurs » m’explique  Daniel. « « Accurate » est un terme très prisé dans le monde des effets spéciaux et du cosplay car il évoque une réplique exacte, quelque chose qui n’est pas dans l’ « à peu près ». En opposition, le domaine dans lequel on évolue (le cinéma) permet de faire rêver les gens, dont le « dream ».

Franck (à gauche) et Daniel (à droite) à la remise des prix de l’Imats en 2013.

En terme d’organisation, c’est Franck – ancien manager chez McDonald, New Look ou encore Carrefour – qui gère la partie logistique et administrative pour laisser à Daniel tout le loisir de se concentrer uniquement sur son domaine de prédilection : la création. « Quand un artisan travaille seul, il doit accorder du temps aussi à sa comptabilité, au démarchage, à la relation client. L’avantage d’être à deux c’est que Daniel n’a absolument pas à penser à tout ça. Il peut se consacrer exclusivement à son activité d’artiste », m’explique-t-il.

Localement, on leur doit entre autres les costumes et les effets spéciaux physiques de la série TV des super héros alsaciens « Storik Trooper » (en cours de post-production), les répliques de fusils du prochain documentaire fiction d’Arte ou encore les décors de plusieurs Escape Room à Strasbourg. Sur une échelle plus nationale, ils ont participé récemment à la réalisation d’un masque pour le défilé  Star Wars de Euro Disney ou encore à un tournage à l’Aquarium de Paris.

Ces « créateurs de rêves » sont implantés à Strasbourg depuis presque 10 ans maintenant, et ils comptent bien y rester ! « C’est une ville ou les choses peuvent se faire, les choses peuvent bouger, on peut avoir du soutien et faire évoluer les choses, dans le milieu du cinéma ». Et une ville qui permet de faire bouger les choses dans le milieu du cinéma, c’est important quand on est sensible, comme Franck et Daniel, à la partie cachée de l’iceberg : « Je suis engagé dans la promotion et la valorisation des techniciens avec l’association des Kinotechniciens du Grand Est. Ces techniciens sont souvent peu mis en valeur et ont d’autant plus de difficulté à faire reconnaître leur talent qu’ils travaillent dans un monde où tout fonctionne par le bouche à oreille. C’est pourquoi nous travaillons à mettre en avant les techniciens locaux vis à vis des productions parisiennes pour, à terme, rendre une visibilité aux techniciens Français par rapport aux grosses productions étrangères encore trop frileuses à faire confiance à la France pour leur bloc buster. »

D’ailleurs, à terme, la société déjà florissante aimerait s’agrandir encore d’avantage et être plus visible à l’international. « L’idée serait de créer un atelier sous le modèle américain, avec une collectivité d’artistes qui viendraient travailler sous le même toit pour se compléter et travailler ensemble ». Un studio d’effets spéciaux, en somme, qui regrouperait à la fois conception, design et fabrication, toujours dans le domaine du cinéma, du spectacle. « En Allemagne, en Hollande ils ont déjà des studios bien avancés. On aimerait donc participer à redorer le blason des effets spéciaux en France ! »   

Leur « projet rêve » ? « Bosser sur le tournage de Star Wars » me confie timidement Daniel. Alors, au nom de tous les John Mollo, Stuart Freeborn ou encore John Barry, pour tous ceux qui œuvrent à l’ombre des projecteurs, on souhaite de tout cœur voir les noms de ces jeunes et talentueux strasbourgeois apparaître un jour au générique de « la Guerre des étoiles ».

Page Facebook : https://www.facebook.com/accuratedreamstbg/

PARTAGER
Coraline Lafon
Mes potes pensent que ma passion pour les licornes mériterait l'intervention de l'équipe de Confession Intime.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE