Qu’est-ce que le Jardin de botanique à Strasbourg ?

C’est un parc de vie et de rencontre , situé en pleins cœur de la ville qui fût construit en 1619.
Il regroupe plus de 6000 espèces de plantes, un vrai hymne à la nature !
Ce jardin est composé d’une école de botanique, d’une serre tropicale, d’une petite tourbière , d’une serre froide ainsi que de la serre de Bary.




La Serre Tropicale est l’une des plus dépaysante avec ses 450 espèces venant des pays chaud. La Serre nous donne à voir un entrelacs d’espèces majestueuses, digne des tableaux bucolique d’Henri Rousseau. Les odeurs s’entremêlent, on y croise d’énorme feuilles de bananiers, de belles monstera speciosa et tant d’autres! Elle est également constituée d’une petite tourbière abritant quelques espèces de plantes carnivores. 🌸

La Serre froide , uniquement réchauffée par les rayons du soleil, est principalement constitué d’espèces de types méditerranéens, comme les cactus. La plupart de ses végétaux sont actuellement exposée en pleins air, à cotés de la Serre, pour la saison estivale. 🌵

La Serre de Bary est l’une des plus ancienne et est classée au titre des Monuments historiques du Jardin de Botanique. Pourquoi « de Bary » ?
La Serre fût tout bonnement crée et supervisée par Anton de Bary, le directeur du jardin botanique, médecin, passionné de la nature et recteur de l’Université de Strasbourg.
Elle fut également dessinée et crée par l’architecte de l’université, Hermann Eggert.
Équipée d’un bassin central chauffé de sept mètres de diamètre, la serre de Bary est consacrée à la culture du nénuphar géant d’Amazonie « La Victoria regia« , un nénuphar pouvant atteindre les 3 mètres de diamètre et flottant sur les eaux calmes de l’Amérique du Sud. En été, des fleurs blanches apparaissent et fanent au bout de deux jours seulement !
Bary fait également partie du complexe des grandes serres impériales qui ont été détruites à la fin des années 50, début des années 60. Il s’agit donc de la seule serre de cette époque dans la Neustadt et plus largement, en Europe. Je n’ai malheureusement pas pu me délecter de l’odeur des fleurs du Nénuphar pour cause de rénovation dans la Serre. Les fondations de celle-ci s’affaisse,rendant la structure fragile.

Un appel à don est disponible en ligne, permettant de faire renaître de ses cendres la belle Serre pour que de beaux jours lui sois encore destinée. Si vous souhaitez faire un petit don , c’est par ici.


Par ailleurs, des visites guidées sont organisées pour cet été. Elle sont gratuites et supervisées par des personnes adorables et passionnée. J’y ai appris pendant ma visite que le Jardin était constitué d’un arboretum : c’est l’endroit où sont planté les arbres les plus vieux et les plus gros du jardin. Le plus vieux d’entre eux est un Faux-Noyer du Caucase et fût planté en 1880. Le Noyer du Caucase a été introduit par André Micheaux, jardinier de Louis XVI, en 1782. Les premiers exemplaires furent plantés à Trianon pour la reine Marie-Antoinette, à Versailles et au jardin des plantes de Paris. Un exemplaire  de ce vieux coucou trône donc dans notre belle ville Strasbourgeoise et il a bien vécu !

Les prochaines visites guidées se dérouleront les dimanches 16 juillet et 6 août à 15h ! Alors profitez encore du calme paisible du Jardin car celui-ci fermera ses portes à partir du 16 août jusqu’au 29 septembre pour cause de travaux !


Pour plus d’informations, je vous invite à consulter la page du

Jardin Botanique 


Pania dans la Serre tropicale

Photographies : Maria Fernandes

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE