Il existe dans une petite rue tranquille de Strasbourg, un univers parallèle, un univers unique et atypique où il fait bon se dépayser. C’est la Joya Western 

Habitant à l’époque à quelques pas de cette rue, il m’a fallu presque une année avant de me rendre compte que ce microcosme existait et de me décider à enfin y mettre les pieds.
Je ne fus pas déçue ! Accompagnée de mon acolyte Coraline, nous nous sommes perdu aux confins de la petite boutique qui nous cachait de belles surprises.

En apparence, la boutique semble minuscule vue de l’extérieur : c’est peut être ce qui m’avait maintes et maintes fois fait hésiter à l’époque avant d’y entrer.
Une fois à l’intérieur, on change d’univers instantanément : ça sent l’encens, de la musique country s’infiltre dans nos oreilles, des milliers de chaussures accrochées ici et là, pleins de gris-gris. C’est un vrai cabinet de curiosité, nos yeux allaient dans tous les sens !
J’avais l’impression de me retrouver dans le film « On l’appelle Trinita » ou encore de visualiser la Devil’s Tower, tu sais celle qu’on peut voir dans le célèbre film « Rencontre du troisième type« .

L’histoire de la Joya Western est romanesque : Francis a ouvert sa boutique en 1993 et depuis la boutique est toujours là. Le papa de sa compagne de l’époque était déjà exportateur de santiags, c’est donc l’amour ET sa passion pour le folklore qui furent les éléments déclencheurs de la création de la Joya, autrement dit la JOIE ! Car oui, clairement, cette boutique est une dose de bonheur. Tu t’y sens bien, t’es dans ton rôle de film ou tu t’imagines assis sur ton rocking chair, regardant le couché de soleil, ou sur ta moto, cheveux au vent direction la route 66 !

D’après Francis « voilà, ce folklore américain de la période western, country, c’est une manière de se laisser aller, de se laisser aller le temps d’une soirée. »
Mais on sens bien que ce folklore Américain coule dans les veine de Francis depuis maintenant quelques années et qu’il se l’est bien approprié et il nous donne envie de partager son cocoon.

ça c'était la Joya à ses débuts !

Cette boutique est vraiment destinée à tout le monde : le cowboy, le biker, mais toi aussi là citadin, oui toi ! La boutique propose vraiment de tout. Mais son produit d’honneur reste quand même la boot. Il y a les Sendra fabriquées en Espagne, ainsi que les célèbres boots Boulet fabriquées au Canada ou parfois au Mexique. Tout est fait main et ça se voit ! la qualité y est : pas de made in china, on sent bien que la chaussure va te suivre jusque dans ta tombe. Tu pourra également y trouver des chapeaux, tu sais les fameux Stetson popularisé par Buffalo Bill !

Tu y trouveras également des ceintures, tapis, jean’s, vestes, chemises (homme, femme et enfant ) des attrape-rêves, de l’encens, des drapeaux, des mocassins issus de l’artisanat indiens et fabriqué au Quebec.
Sa clientèle est strasbourgeoise mais surtout du monde entier ! Francis nous a montré des colis qu’il envoyait à destination de la Roumanie et même d’Israël.

Bon, vous savez quoi ? Je ne vais pas tout vous dire ! Venez donc plutôt jeter un œil à la boutique, histoire d’y flâner le temps d’une pause, de changer d’univers et de passer un bon moment, comme nous, grâce à Francis qui vous accueillera avec son sourire dans son temple.


La Joya Western
5 rue Thiergarten
67000 Strasbourg

                              Site web ( trop vintage  😎 )
Page Facebook

Horaires : du mardi au vendredi de 10h à 12 – 14h à 19h
le samedi de 10h à 12h – 14h à 17h


Photographies : Maria Fernandes

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE