C’est désormais confirmé : le 447ème millésime du marché de Noël de Strasbourg semble sentir la scoumoune à plein nez. Mais attention ! Pas la petite poisse qui part au premier coup de savon. Non non. Celle bien crasseuse et bien ancrée qui vous file la diarrhée.

Petit rappel historico-conifère 

Notre premier candidat épineux s’est brisé de sa propre obésité lorsqu’on venait le déraciner. Le deuxième, plus jeune et vigoureux, s’est fissuré de tout son long une fois installé. Est donc venu l’arrivé d’un troisième géant, celui-ci par chance était bien portant.

(lire la malédiction des 3 sapins →)

Mais voilà

Bien portant ne veut pas dire séduisant : notre troisième luron est tordu au niveau de sa cime. Jamais 2 sans 3 dit-on, la Place Kléber l’a bien compris et s’est mise à appliquer le dicton.

Le petit dernier, au style déstructuré, ne sera pour autant pas démonté. Légèrement tordu mais sans danger, il veillera sur nous durant le mois de décembre et tiendra tout de même chaud à nos petits coeurs frigorifiés.

« En Italie ils ont la tour de Pise, nous on a le sapin »

Karma de chiotte pour karma de chiotte, autant en rire, ça les Strasbourgeois l’ont bien compris. On vous invitera donc à prendre vos photos du molosse avec tous les honneurs qu’il mérite.

PARTAGER
Vivien Latuner

9ème année à Strasbourg.
N’aime pas le céleri, déteste les haricots verts et conchie les baies roses.

1 commentaire

  1. Il ne manquerais plus qu’il tombe et puis ce serait bien marrant cette année, pourquoi pas planter un sapin qui grandirais plus chaque année ? Sa éviterais d’en tuer plusieurs chaque année 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE