« Le bar des plantes fonctionne comme une serre. Elle permet de créer une sorte de micro climat : humide, liquide et un environnement verdoyant qui s’épanouit au cœur de la ville. Une plantation rêvée, une portion d’exotisme au bord d’un arrêt de tramway ». C’est ainsi que Jean-Luc Vilmouth, l’artiste qui a imaginé le bar des plantes, décrit son œuvre. Et c’est plutôt bien résumé : le kiosque à la forme de fusée, qui anime la place Saint-Pierre-le-vieux depuis bientôt 12 ans, est un véritable petit havre de verdure et d’évasion. On s’y arrête pour dénicher de jolies plantes, mais aussi pour papoter, pour boire un thé ou un café, ou même pour chiller sur la terrasse quand vient l’été. Et comme je suis tombée amoureuse de cet endroit aux multiples facettes, je me devais de le faire sortir de sa cachette.

Une graine urbanistique et un peu d’engrais artistique 

L’histoire de ce mini Jardin Botanique commence en 2006, lorsque la ville de Strasbourg invite plusieurs artistes à participer à « l’accompagnement artistique du tramway », suite à une demande publique de l’état. L’idée de base : créer une sorte de balade artistique tout au long des différentes lignes de tram pour inciter les habitants de Strasbourg à ouvrir leurs yeux et leurs chakras et pour valoriser la ville et ses infrastructures. L’œuvre contemporaine de Jean-Luc Wilmouth s’intègre donc à ce projet pour l’arrêt Alt Winmerik de la ligne B, tout comme le banc blanc en spirale de la place de la République (réalisée par Bert Theis en hommage à Aby Warburg) ou encore le Gazebo de Sah Armajani qui se veut être une « métaphore de la démocratie » et que l’on peut découvrir à deux pas de l’arrêt Elsau.

Pour Jean-Luc Wilmouth, le bar des plantes devait nécessairement être habité par de la végétation et c’est donc logiquement que le kiosque est devenu le refuge privilégié d’une fleuriste dès son inauguration en 2006.

Des plantes dans un kiosque en forme de fusée et supplément café

Depuis 2 ans maintenant, c’est Aurélie qui gère cette boutique atypique et qui y insuffle toute sa douceur et sa belle sensibilité.

Orèle (c’est comme ça que ses amis l’appellent) est fleuriste à Strasbourg depuis son arrivée dans la capitale alsacienne en 2000. Elle avait alors 23 ans et venait de terminer ses études de sociologie à Metz. Mais avant la socio et les fleurs, Aurélie était surtout musicienne : « je me passionnait pour le saxophone et la flute traversière depuis l’age de 5 ans ! » Après la naissance de sa fille, elle a du se reconvertir. Mais pour elle, pas question de faner : « je voulais quand même un métier plein de couleurs ». C’est ainsi qu’elle devient fleuriste, en apprenant le métier sur le tas et en découvrant en autodidacte les plantes et leurs secrets. Quelques années plus tard, lorsqu’elle découvre le projet du bar des plantes, elle tombe instantanément sous le charme et décide qu’un jour, elle y déposera ses pots et ses bouquets.

Aujourd’hui, c’est donc Orèle qui gère complètement les lieux à travers sa petite entreprise et seule la location de cet écrin végétal est encore administrée par la ville. Ce dernier point semble d’ailleurs un peu dommage quand on sait que le concept même du lieu a été initié par Strasbourg et qu’il pourrait être d’avantage mis en valeur avec un poil de soutien.

D’autant plus que le bar des plantes est un endroit plein de ressources : situé pile poil entre la Gare, la place Kléber et la Petite France et installé dans la continuité la jolie rue du Jeu des Enfants, le lieu offre un bel espace d’échange et de dépaysement, en plein cœur de Strasbourg.

Un des gros avantages de cette boutique si originale, c’est aussi qu’elle offre très régulièrement son lot de nouveautés ! Orèle se fournit chez un horticulteur à Brumath chaque semaine et au marché de la gare tous les deux jours, histoire de toujours renouveler son offre. Elle y sélectionne, avec amour, une trentaine de fleurs et de plantes qu’elle propose ensuite dans sa boutique pour des prix vraiment attractifs ! On peut y trouver une jolie plante décorative pour à peine 20 euros, un petit cactus en pot pour 10 euros et la plante la plus chère du magasin est à 80 euros.

Pour ne rien gâcher, Orèle propose également du thé, du café et du chocolat chaud pour seulement 1 euros. Le plan parfait pour te réchauffer tout en choisissant quelle plante tu vas offrir à ta dulcinée ou à ta tante Renée.

Bref, vous l’aurez compris, une fois qu’on a passé la porte de ce petit havre de paix, c’est difficile de s’en passer… Personnellement, je m’y arrête régulièrement en rentrant chez moi, que se soit juste pour papoter avec Aurélie ou pour prendre mon shoot de chlorophylle. Je repars de temps en temps avec une plante sous le bras… mais toujours avec le sourire aux lèvres.


LE BAR DES PLANTES

Adresse : 1 Place Saint-Pierre-le-Vieux
Téléphone : 03 88 13 43 63
Horaire : 12h à 19h du mercredi au samedi / 10h à 14h le dimanche

En savoir plus


 


Pour ne plus rien manquer des nouveautés et actus à Strasbourg et ses environs, pensez à télécharger l’appli Pokaa, ça ne mange pas d’pain !

IOS
Android


PARTAGER
Coraline Lafon
Mes potes pensent que ma passion pour les licornes mériterait l'intervention de l'équipe de Confession Intime.

3 COMMENTAIRES

  1. Par contre le banc blanc de la Place de la République (la spirale Warburg) est dédié à Aby Warburg -et aux intellectuels juifs de culture allemande- et non pas réalisé par lui ! Il date de 2002 ( il s’agit du Monument aux vivants de Bert Theis), tandis qu’Aby est mort en 1929 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE