Si tu vis à Strasbourg, tu sens déjà les forces occultes et commerciales de la Saint Valentin se lever.
En effet, pour animer cette période morne et hivernale de l’année, le département culturel de la ville a décidé d’organiser du 10 au 19 février, le festival « Strasbourg mon Amour ».

Au programme l’an dernier, concours de photographies du couple le plus niais parce qu’on avait pas vraiment besoin de mettre de la compétition entre les couples pour montrer qui sont les plus heureux. Non, pour ça on avait déjà Facebook. Yourte à slow posée sur Kléber, où tu pouvais assister gêné et impuissant aux galochades beaucoup trop intimes de couples prêts à passer fissa fissa à la position horizontale.

L’antre de tous les vices.

Les organisateurs essaient de nous faire croire chaque année que « mais si nous avons pensé aux célibataires, des évènements sont également proposés ». Mais ne nous prenez pas pour des jambons, le festival est fait pour les couples amoureux de la Saint Valentin…

Quid des couples qui n’aiment pas se dire que cette année encore ils vont devoir pratiquer le coït planifié parce que « c’est le jour le plus romantique de l’année, tu comprends » (mais qui s’aiment quand même si si, ça existe).
Quid des célibataires heureux (ou non) qui n’ont pas envie de vivre la frénésie d’une fête qui est là pour enrichir les fleuristes, chocolatiers et le corner lingerie des Galeries Lafayette.

Parce que sincèrement t’as beau être sympa et bienveillant, tu ne pourras pas croire que notre capitale de la choucroute, de la Flammekueche et du munster frit (et par conséquent de la flatulence), pourra aussi être celle de la lingerie fine.

Sérieusement on passe notre temps à bouffer, tu crois qu’on ressemble à autre chose qu’un rôti de porc ficelé en portes-jarretelles ? Une nuit sans fin d’amour, mais c’est super dangereux ! Et en plus, c’est un coup à se faire chauffer par Calme Gutenberg ça.

Invasion de couple sur Strasbourg du 10 au 19 février. Sortez couverts.

Je te propose donc une série d’activités à faire seul(e) ou accompagné(e) dans notre belle région:

  • Fais toi une cochonnaille, AMI VEGAN (et ferme tes yeux sous peine de souffrir). Une cochonnaille est un endroit où on mange tous ensemble un seul cochon avec lequel on fait toute sorte de produit. Cette année, j’irai essayer celle du Nid de Sorcières à Bouxwiller le 19 février.
  • Va prendre des cours de danse SOLO à Neudorf tous les samedis matins du 25 janvier au 24 mars. Personne ne te marchera sur les pieds et tu pourras booty shaker comme jamais.
  • Mange des beignets bien gras. Oui, parce que c’est aussi la saison. Je suis fan des beignets de Jérémie Hanss.

Et si malgré tout, tu es un adorateur de la Saint Valentin… hé, on t’aime quand même hein et puis profites-en, c’est ton festival qui arrive !

5 COMMENTAIRES

  1. Aha, j’ai bien ri ! C’est vrai qu’a priori, spécialités alsaciennes et célébration romantique forment un duo un peu improbable, mais il faut bien entretenir l’afflux touristique hors saison, hein ?

    • Je pense que si l’idée d’entretenir un bon niveau d’attraction touristique à cette saison est une bonne chose. Mais j’aurais opté pour des fêtes à la gloire de la knack ou à la tarte flambée, un truc vraiment passionnant quoi ! héhé

        • Le touriste mangeur de knack choisirait certainement une saison plus… attrayante du point de vue de la météo (quoiqu’en Alsace on n’est jamais à l’abri d’une bonne averse), tandis que les amoureux transis en quête de destination saint valentinesque sont un peu obligés de venir autour du 14 février. Ça tombe bien, c’est aussi la période la plus pourrave niveau fréquentation touristique ! On ne peut pas leur reprocher d’essayer, héhé (mais je suis d’accord avec toi, j’échange la (boring) soirée de Saint Valentin contre une bonne soirée flammekueche entre potes sans hésiter !)

LAISSER UN COMMENTAIRE