Septembre arrive à grands pas avec son lot de nouveautés, la rentrée approche, et toi, tu débarques à Strascity, un peu paumé. Oui toi, petit étudiant novice en vie Strasbourgeoise, tu arrives et tournoies, telle la première feuille de l’automne qui cherche à négocier un atterrissage en douceur au sein de l’Euro métropole.

Pour faciliter ton intégration, chez Pokaa on a jugé bon de t’avertir : à Strasbourg, mieux vaut maîtriser certains codes et surtout, esquiver certaines bourdes, car, crois-moi, tu n’as pas envie de te faire jeter des dampfnudels dessus par des autochtones en furie. Voici donc une petite liste des comportements à proscrire et de ceux à adopter pour une intégration dans la ville en toute fluidité:

  1. Schiltig… quoi ? En périphérie de Strasbourg se trouvent toute une série de petites communes aux noms tous plus imprononçables les uns que les autres. En bon nouveau Strasbourgeois, tu t’efforceras donc de soigner tes prononciations de ces lieux incongrus et de contenir tout rire nerveux, aussi contagieux soit-il, à la lecture de panneaux comme celui-ci:

Attention, le Strasbourgeois est susceptible.

(NDLR : Souligner le fait que le village de ton interlocuteur n’existe même pas sur la carte, c’est blessant. Le Strasbourgeois + les habitants des communes périphériques, sous leurs airs de gros durs, sont en réalité de grands sensibles).

2. OUVREEEZ !! Dans l’hyper centre de la ville se trouve place de la République un carrefour où se rencontrent plusieurs trams. En conséquence, ces grosses machines pataudes mais attachantes ont tendance à s’arrêter avant l’arrêt afin de respecter les feux de circulation et d’assurer une fluctuation optimale. Il a été trop souvent vu des touristes en sueur essayant vainement d’ouvrir les portes lors du premier coup de frein puis réaliser subitement que la porte ne s’ouvrirait que quelques mètres plus loin, à l’arrêt de tram du coup. Evite cette erreur stratégique qui agace bon nombre de strasbourgeois.

Attention, Le strasbourgeois est irritable.

3. Ah, tu sais pas ce que c’est un mannele ?  Evite de confondre Mannele, Bredele, et autres choucroutes de poisson.

Comme chez Pokaa, on est plutôt sympas, ludiques, et pédagogiques (+ PAS DU TOUT prétentieux), voici un petit diapo pour t’en sortir dans la gastronomie locale. Attention, une farce se cache dans le diapo (oui parce que chez Pokaa on est aussi de sacrés joyeux lurons farceurs), sauras-tu la trouver petit novice ?

4. *Attention modification imminente de ton arbre généalogique*. Oui parce que si tu ne le sais pas encore, on te l’apprend, la cathédrale va officiellement devenir ta nouvelle môman. Cette dernière, surnommée à Strasbourg « la mère de tous », remplace donc les géniteurs dans la joie et les vitraux.


5. 
Saletés de fonctionnaires ! : Si un jour, l’envie te prend de te confesser auprès d’un prêtre, évite de cracher sur les fonctionnaires, car c’est en quelque sorte lui aussi un fonctionnaire. En effet, avec le Concordat, les prêtres d’Alsace (ministres du culte) sont rémunérés par l’Etat donc c’est vrai que si tu balances un « les fonctionnaires ils glandent rien, tous les mêmes, 9h-17h, puis ça se la coule douce », tu risques de te faire jeter un chapelet à la gueule. Tu es prévenu  🙄

6. Attention, évite de penser que Strasbourg est en Allemagne, c’est une fakenews. Pourquoi ? Parce que STRASBOURG N’EST PAS EN ALLEMAGNE. Alors oui, concédons-le, certaines villes d’Allemagne ont des noms un peu semblables qui finissent aussi en ourg (RPZ Hambourg, Altenbourg…) et c’est vrai que parfois, l’architecture et le goût de la bière peuvent prêter à confusion, et je sais bien qu’on a été annexés à une époque, mais ne serait-il pas temps de tourner la page ? Ach, warum nicht.

Comme tu peux le voir sur cette carte, Strasbourg en Allemagne = passé: 

7. Attention : vélo solo = gros bobo : Ne laisse pas traîner ton vélo sans défense toute la nuit, tu risquerais de le retrouver en miettes le lendemain matin. Voici un petit lien pour que tu puisses t’acheter un bon antivol (Derien). NB : il a été aperçu il y a peu de temps un vélo pour enfant (qui est le monstre qui a bien pu faire ça?) sans scelle, humilié, éreinté et dépourvu de toute fierté… Ne laisse donc pas toi aussi les vilains brigands Strasbourgeois en faire de même avec ta jolie bécane.

D’ailleurs, preuve à l’appui… Spotted dans les rues Strasbourgeoises: 

Crédit photo: Chloé Moulin/Pokaa

8. Ne cherche pas des noises aux cygnes de la ville, ils sont si méchants : clique ici pour savoir pourquoi ils sont si méchants. Attention : évite aussi de copiner avec les ragondins qui barbotent dans l’Ill, même si ces derniers t’offrent en gage de confiance un bâton de bois vaillamment pêché dans les eaux torrentielles, c’est un piège, ils veulent juste manger ton doigt.

Exemple de cygne méchant… 

Posture de combat

Le strasbourgeois, quant à lui, est doux et inoffensif. 

9. Evite de confondre Poudlard et le Lycée international des Pontonniers : Oui, c’est vrai que les deux bâtiments se ressemblent, qu’ils sont tous les deux mignons comme tout et entourés d’eau, mais on te rassure te déçoit, pas de trace de professeur de Quidditch ou d’Histoire de la magie à l’intérieur.

Poudlard… 

VS Ponto… 

10. Respecte, sans piper, les expressions locales et le dialecte alsacien : En conséquence, si quelqu’un te dit « ils veulent du beau temps », baisse la tête, trace ta route, et ne demande surtout pas qui est ce mystérieux « ils », d’autres téméraires ont disparu dans d’étranges circonstances pour moins que ça. De plus, ici on boit des schlouk (=petite quantité de liquide), on prend des stück (petits morceaux de qqchose), on balance des « comme dit » à toutes les sauces, et ça ne nous pose aucun problème de conscience. Ok ?! (Comme dit, le Strasbourgeois est Alsacien.)

Te voilà donc armé pour t’intégrer correctement dans la ville sans commettre les bourdes les plus rédhibitoires 😉

9 COMMENTAIRES

  1. Dire qu’il n’y pas de professeur de Quidditch ou d’Histoire de la Magie à Ponto, c’est un peu présomptueux, car ce lycée est pleins de mystères et certains profs ont des capacités parfois insoupçonnées 😉

  2. Et surtout, SURTOUT ne n’avise pas de parler de « manalas » ou de « bredalas », jeune (haut-rhinois) couillon… y’en a qui ont fini au bûcher pour moins que ça !

LAISSER UN COMMENTAIRE