Hommes, jetez vos pantalons !
Libérez-vous des préjugés de la société !
Adoptez LA JUPE.

Du 24 au 28 mai, les amoureux et amoureuses de la mode seront gâtés : c’est la Fashion Week à Strasbourg !
Bon, ce n’est pas Milan, New-York ou Paris, mais tout de même, d’années en années ça grossit.

Pendant ces 5 jours de folies vestimentaires, de nombreuses animations et évènements secondaires auront lieux.
L’un d’eux m’a particulièrement surpris : une rencontre publique avec l’association Hommes en Jupe sur la Place Kléber !

12472603_1045227662229074_2470805679199197891_n (1)

L’évènement Facebook annonce ce programme :

– Défilé de jupes masculines au « village de la mode » des Fashion Days !

– Clôture d’une collecte de pantalons usagés organisée pendant le mois de mai. Vous pourrez confier vos pantalons usagés, qui seront donnés ensuite à l’Armée du Salut pour aider les personnes dans le besoin.

– Jeté de pantalons. Les féministes américaines ont jeté leurs soutien-gorges dans les années 60, vous jetterez vos pantalons pour symboliser la libération de l’homme d’une mode trop triste, uniforme et inconfortable !

– Une performance originale à l’issue du jeté de pantalons.

Wouaw ! Mais c’est quoi au juste l’association des Hommes en Jupe ?

Vous ne le savez peut-être pas, mais pendant que vous enfilez chaque matin votre pantalon sans arrière-pensées, des hommes enfilent leur jupe et se battent contre les préjugés de notre société.

Ces héros du confort se regroupent dans l’association HEJ pour y promouvoir le port de la jupe masculine et partager leur haine du blue-jean.

hommejupestrasbourg

Pour les plus curieux, le site de l’association est par ICI et le manifeste d’HEJ c’est ICI.

Ok, mais je ne sais pas trop quoi en penser là…

Des hommes qui portent des jupes tout en boycottants les pantalons.
Une lutte contre les préjugés de la société pour libérer l’homme de ses entraves.

D’un côté ces messieurs ont bien le droit de porter ce qu’ils veulent, ils sont libres de le faire et ça participe pleinement à la curieuse et belle variété qui fait le charme de notre monde.
D’un autre côté, le but premier de l’association est de promouvoir la jupe. Et ça du coup, c’est une dynamique un peu plus agressive.
Jeter les pantalons, les recycler et mettre en avant la jupe, le message est clair…

La jupe et son confort, c’est le tur-fu, le pantalon par contre, c’est has-been et ce serait pas mal qu’il disparaisse.

Je ne sais pas vous, mais moi ça me fait des frissons dans le dos. J’aimais bien mon pantalon.

(Et vous, plutôt blue-jean ? plutôt jupe ? plutôt kilt ? Plutôt tous à poils et on se caresse ? Partagez votre opinion dans les commentaires.)

Revolution-ReLOVEution

5 COMMENTAIRES

  1. Je conçois que tous les hommes ignorants vont prendre ça pour une blague. Quand on a été en prison toute sa vie à porter des pantalons, on a peur de la liberté. « mon dieu, tant de liberté, mes jambes à l’air, cachez moi ces chevilles ma Mie »
    Il va falloir énormément de temps pour que les esprits s’ouvrent, prennent conscience de la liberté qu’il y a en dehors de leur prison, et qu’ils prennent le courage de sortir. Il est si dur pour un animal élevé en captivité à se remettre à la vie sauvage.
    Courage messieurs, soyez libres et forts !

  2. J’aimerais bien être présent pour jeter mes pantalons avec vous autres, mais c’est déjà fait; je n’en ai plus depuis une dizains d’années.
    On est tellement plus à l’aise en jupe — meme ma femme a renoncé à porter un pantalon.

    Martin

  3. J’ai commencé à porter des grands paréos à franges d’Indonésie, dans les 1990’s, initié par un collègue originaire de nouvelle Calédonie. La première fois que je m’en suis passé un autour de la taille, j’ai été séduit par le confort de ce vêtement, et son esthétique.
    Depuis cette jupe masculine fait partie de mon vestiaire estival (j’en ai une vingtaine, tous faits sur l’ile de Bali, des grands modèles frangés qui me couvrent de la taille aux chevilles).
    Hormis au boulot ou il me faut-être en pantalon, je porte régulièrement des kilts en longueur aux genoux, ou longueur aux chevilles (maxi kilts). Les seuls pantalons que je porte pour alterner, quand j’ai envie, sont des jeans 100% extensibles.
    Par contre mes blue jeans classiques sont partis à la poubelle il y a bien longtemps. Ces carcans dans lesquels je suais l’été et me gelais en hiver ont débarrassé mes placards en 2006.
    Je pense que la jupe masculine reviendra ici en Europe, le port du kilt est déjà fréquent pour nombre de people qui se font prendre en photos avec ce vêtement.
    Personnellement, je porte des kilts modernes en toile cotton ou polyester, et un magnifique en cuir. Ma copine me l’envie, je vais lui offrir une belle jupe en cuir évasée longueur aux genoux qu’elle a reperé dans un magasin.
    Je me fiche de l’agressivité des associations conservatrices, et de leurs « sentinelles » qui veilleraient au grain au sujet des hommes en jupes. Nous ne sommes plus au temps de Pétain et de la milice, mes grands parents se sont battus contre ses gens haineux et intolérants. Nous avons changé de siècle et de millénaire. Il est temps de changer notre vision de l’habillement.
    Au moyen-âge les hommes français portaient de longues tuniques ceinturées longueurs aux genoux avec des collants. Les romains avaient leurs redoutables légions de soldats en jupes, idem pour les Grecs.
    Les soldats écossais en kilts sont venus nous prêter pains fortes en 1914-1918, et en 1944-1945 pour nous aider à chasser les nazis, la virilité c’est dans les couilles et dans la tête que ça se trouve, ça ne se porte pas dans un pantalon.
    Et à la base, ce vêtement dit bifide, est à l’origine l’apanage des barbares.
    La vision de l’homme toujours habillé basique et fonctionnel, sobre (triste!), ets castratrice, traumatisante. Et combien de femmes refusent à leur mari une simple veste de couleur, par peur du qu’en dira t’on? Par formatage culturel?
    Outre ds jupes, les femmes peuvent mettre des pantalons dans toutes les coupes, du skinny au patte d’eph’, vous avez déjà vu un tel choix dans les rayons hommes vous? Non? Pourquoi?
    Pourquoi ma copine trouve aisément des bottes et pourquoi suis-je obligé de passer par les magasins d’équitation pour pouvoir me botter moi aussi?
    Libérons le vestiaire masculin, triste, informe, et formaté par le monde de la boutique!

LAISSER UN COMMENTAIRE