Savez-vous qu’une rue strasbourgeoise est en train de changer d’identité et que ce bouleversement vient de ses habitants ? Si vous nous lisez régulièrement, vous savez déjà que la rue du Jeu des Enfants est devenue piétonne récemment. Mais derrière cette annonce accrocheuse se cache une nouveauté bien plus surprenante et curieuse qu’une simple piétonisation.

Ces dernières années, la rue du Jeu des Enfants n’avait pas grand chose pour elle. Petite, étroite, à l’ombre et vivant du passage des grands axes voisins (rue du 22 Novembre et Homme de Fer), elle offrait un passage exigu pour les piétons, les cyclistes ainsi que les automobilistes.
C’est là que les habitants et les commerçants ont décidé de prendre les choses en main pour transformer ce petit bout de rien en curiosité de tous.

La nouvelle rue du Jeu des Enfants

Assez folle, alternative, colorée mais surtout artistique. Une rue qu’on verra bientôt inonder le fil Instagram de Strasbourg et une rue qui attirera les touristes de passage comme les strasbourgeois curieux.

Aujourd’hui à ces premiers jours, le projet porté par les habitants et épaulé par la ville commence à dessiner sur les pavés les prémices de sa nouvelle identité. Tous les week-ends jusqu’au 24 juin, des gens, petits et grands, se retrouvent bénévolement pour participer. Ils repeignent petit à petit, à la vitesse d’un mètre par heure, les 350 mètres de la rue.

Les besoins

– Pour avancer plus vite et plus loin, l’association a besoin de bras et de dons. Les premiers peuvent venir se détendre et rencontrer un pinceau dans les mains tous les week-ends et jours fériés jusqu’au 24 juin, directement à la rue du Jeu des Enfants.
Les deuxièmes, eux, sont invités à passer les week-ends et jours fériés directement sur place, ou bien à contacter le trésorier de l’association (Brice : 06 76 03 49 12).
Les dons serviront à acheter du matériel de peinture et payer les artistes. Plus les dons seront importants et plus la rue ira loin dans sa transformation.
– Une nacelle est recherchée par l’association pour accrocher les oeuvres d’artistes à plusieurs mètres du sol. Si vous avez ou connaissez une personne possédant cette machine et voulant apporter sa pierre à ce bel édifice, n’hésitez pas à contacter Brice ou l’association Akpé.

La suite

Une fois que la peinture de la chaussée sera finie, de nombreuses étapes suivront : végétalisation de la rue; oeuvres de street artists sur les sols, les murs et en hauteur; installation de terrasses devant les commerces et de mobilier urbain accessible à tous (pour pique-niquer ou juste chiller)…

La rue du Jeu des Enfants n’en est qu’à ses débuts mais il semblerait que cette dernière risque rapidement de devenir un nouveau lieu plébiscité par les strasbourgeois et les curieux du monde entier. Espérons que cette idée puisse également en nourrir d’autres.


Pour en savoir plus :

→ Strasbourg : deux grandes rues du centre-ville devraient bientôt passer piétonnes
→ C’est officiel : la rue du Jeu des Enfants est désormais piétonne


Croquis : association Akpé
Participation de l’adjoint au maire Paul Meyer
Croquis : association Akpé

Photographies : Coraline Lafon et Vivien Latuner

3 COMMENTAIRES

  1. « C’est là que les habitants et les commerçants »… Non, par et pour les commerçants, en entrainant certains résidents.
    Concertation minimale et sans grande possibilité d’action pour les habitants, conviés plutôt comme des spectateurs face à un projet abouti. Publicité maximale par contre, à grand renfort de réunions et de publi-reportages, sous couvert d’une association et en placardant un faux consensus. Mais c’est vrai que l’énergie du changement vient souvent des commerçants…
    Couleurs vives un peu partout, assez réussi face au macadam ambiant, par contre les choix artistiques sont toujours contestable, car il s’agit d’un espace public et commun. Projets d’aménagements utopistes qui ne tiendront pas dans le temps, dans la rue, en plein centre ville, à coté de la place de l’Homme de Fer… Ça va squatter, assurément.
    Transformation d’une rue en place – ce qui est aberrant, extension et multiplication des terrasses et de leur corollaire sonore, désenclavement de la rue au niveau des commerces. Tout benef pour eux. Peut-être pour l’emploi aussi… A voir.
    Enclavement renforcé pour les habitants, par contre. Les résidents n’ont qu’à subir, comme d’habitude. Et ceux qui n’ont pas de garage et qui bossent loin n’ont qu’à se demmerder avec le bus. Ceux qui en ont sont priés de faire le tour du quartier pour entrer et sortir…
    On en reparlera quand ça deviendra le bordel, le soir en particulier, et que les habitants excédés feront enfin entendre leur voix face aux commerçants qui pour la plupart n’habitent pas la rue, forcément.

LAISSER UN COMMENTAIRE