Situé au cœur du Neudorf, route du Polygone, le restaurant L’Île aux Fleurs est ouvert depuis peu et semble déjà bien connu des habitants du quartier. Sa particularité ? Une cuisine inspirée des traditions françaises et italiennes, mais entièrement halal et donc conforme au rite musulman. Son concept entier est fondé sur l’échange, le partage et une forme d’ouverture culturelle et culinaire.

Je m’y suis rendue un mercredi midi, après le boulot et donc en voiture. Il y a quelques places pour se garer juste en face, c’est bien pratique. Sinon on y accède facilement à pieds à ou à vélo. De prime abord, la façade extérieure du bâtiment ne paye pas trop de mine. Elle est même un peu défraichie. M’enfin … on est route du Polygone, c’est plutôt commun ici. J’ai pu noter toutefois à mon arrivée le véritable effort fait sur l’enseigne et les vitrines. C’est plutôt bien pensé pour contraster avec la rue.

On entre ensuite dans le restaurant par un sas entouré d’épais rideaux noirs. La salle est grande (une cinquantaine de places) et lumineuse ; la décoration est soignée, les couleurs sont douces et le mobilier moderne avec quelques touches de déco orientale et zen (galets, plantes …). Il y a même un petit « espace salon » avec des banquettes à gros coussins, que l’on peut privatiser pour des goûters d’anniversaire ou des soirées spéciales. Il peut contenir jusqu’à 15 personnes. À mon goût cependant, les murs sont un peu vides et l’horloge « compteuse de likes » ne colle pas forcément avec le reste. En fait, ce qui m’a surtout plu en entrant, c’est l’accueil chaleureux réservé à chaque client. Même toute seule, je me suis vite sentie à l’aise, le personnel était à l’écoute et disponible, le chef s’est rendu plusieurs fois dans la salle pour saluer ses clients, le serveur était très souriant. Bref, c’est trop rare pour ne pas être signalé, et c’était très agréable.

À la lecture de la carte, j’ai vite compris que tout est fait maison. Cependant, rien sur le menu qui ne sorte de l’ordinaire. L’île aux Fleurs propose une cuisine de type « bistrot » et jongle entre cuisine française et italienne. Ce qui m’interroge un peu cependant, c’est le choix du nom de l’établissement. Et c’est con, j’ai oublié de poser la question !

À la carte :

Quelques salades en entrées ou en plats (salade verte et crudités, salade fermière au poulet, salade du pêcheur au saumon, croustillant de chèvre pané ou salade fromagère avec toasts au fromage) entre 3.50 € et 11,20 € selon la quantité demandée.
Des plats de pâtes classiques : champignons, bolognaise, fruits de mer, saumon ou royales (scampis Saint-Jacques et crevettes) ou en gratins de penne ou lasagnes entre 8,20 et 10,40 €.
Des viandes : escalope de poulet, veau milanaise, osso bucco, entrecôte et plusieurs sortes de cordons bleus de 11,90 € à 17 ,50€, servies avec des sauces au choix : mexicaine, crème de champignon, poivre vert ou beurre maître d’hôtel.
Du poisson : saumon, gambas ou un assortiment de poissons entre 14.50 et 17,20 €.
Des desserts entièrement maison et là aussi très classiques : Dame Blanche, fondant au chocolat, banana split ou encore café gourmand entre 4,30 et 5,20 €

La gamme de prix correspond donc aux tarifs généralement appliqués pour ce type de restauration. Il y en a pour toutes les bourses et toutes les faims. Petite remarque toutefois, tradition musulmane oblige, le restaurant ne sert pas d’alcool.

La carte propose également deux « menus enfant » ainsi qu’un plat du jour tous les midis de la semaine (avec entrée/plat ou plat/dessert, selon l’humeur du chef). Prix : 8,90 €. Je me suis arrêtée sur ce dernier choix car j’étais assez pressée et que la proposition m’a plu. Et puis le reste de la carte m’a paru un peu trop « déjà vu » même si certains plats me tentaient bien.

Au programme du jour donc : tartine de fromage bleu sur crudités puis bouchées à la reine aux fruits de mer et tagliatelles. J’ai accompagné le tout de mon indispensable San Pellegrino. Le service était efficace et rapide, les plats sont arrivés bien chauds avec une présentation soignée mais sans chichis. Quant à la cuisine, elle reste très simple, basique, sans aucune prétention, mais c’est bon ! On sent bien que tout est fait maison et qu’on ne cherche pas la perfection. Visuellement, la tartine aurait pu être plus travaillée, mais elle était gourmande. Les pâtes al dente manquaient un chouia de cuisson, mais avec la sauce c’était bon. Les bouchées quant à elles étaient généreusement servies, avec beaucoup de fruits de mer. Bref, j’ai terminé toutes mes assiettes – ce qui est généralement bon signe.

J’ai ensuite craqué pour le café gourmand après avoir eu confirmation que toutes les mignardises étaient faites maison : sorbet à la fraise, tiramisu, fondant au chocolat et pana cotta. Et c’était effectivement très réussi ! Je ne suis pourtant « pas très glaces », mais le sorbet m’a plu, il était très parfumé et léger. Bref, c’est finalement un bilan positif pour ce repas qui s’est avéré bon, rapide, efficace et économique. C’est en tout cas ce genre d’établissement que je conseillerais à n’importe qui pour un lunch express, avec ou sans collègues. Addition totale : 16.60 euros que j’ai pu régler grâce à un petit appareil wifi très moderne.

  • Les + :
    Cuisine entièrement maison
    Accueil chaleureux
    Plat du jour généreux
    L’esprit de partage
  • Les – :
    Le « déjà vu » de la cuisine
    Les murs un peu vides de la salle
    l’horloge à likes

L’ÎLE AUX FLEURS

Adresse : 149 Route du Polygone 67100 Neudorf
Téléphone : 03 88 60 75 28

Horaires :
Lundi au jeudi : 12:00-14 :00 et 19:00-23 :00
Vendredi et samedi : 19:00-23:00
Dimanche : fermé

Page Facebook


LES COOKINES

Une histoire de copines, de goûters et de cuisine.

– Voir le blog –

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE