On les a rencontré il y a un mois, dans un bar de la Petite France.

Le groupe strasbourgeois Lyre Le Temps était de retour à la maison pour finaliser leur dernier bébé : Prohibition Swing.

Un album qui doit sortir à la mi-novembre, et ancré autour de la prohibition américaine des années 1920, des trafics, d’Al Capone et des Thompson mettant en joue des fusils à double canons sciés. Un album de 11 titres, résolument moins hip hop que les deux précédents (Lady Swing et Outside the Box) et qui revient à la base de leur musique, le style électro-swing, celui de leurs débuts et qui a fait leur succès depuis avril 2008 et la sortie sur MySpace du clip (torturé) d’About the Trauma Drum (en même temps tout était dans le titre).

Le premier single, éponyme, a été présenté en avril, et un deuxième devrait bientôt suivre à la mi-juillet. Alors que Prohibition Swing restait dans les cordes, Party Raiser sera lui orné de quelques touches reggae, un genre déjà éprouvé par Ry’m (Ludovic pour les intimes) et DJ Q (Quentin pour sa maman) dans Going On.

Une date à La Laiterie en décembre

La sortie de ce troisième album sera aussi l’occasion pour le groupe de reprendre le chemin de la scène, après une année 2016 plutôt calme (un album ça ne se prépare pas tout seul). Et cela commencera dès le 16 décembre à la Laiterie, avec le groupe au grand complet (Ludo, Quentin, Sam et Marco), mais aussi 15 musiciens, un chœur de gospel et BEAUCOUP DE SON ! Car sur la scène française, quatre gros groupes animent ce style électro-swing si particulier : Caravan Palace, Parov Stelar, Chinese Man (avant leur changement de registre) et donc Lyre Le Temps.

lyre-le-temps-pokaaPourtant à Strasbourg, peu connaissent les quatre hommes. « On est moins connu à Strasbourg que dans le reste de la France, et ça c’est terrible. On ne nous connaît pas chez nous » lance Ry’m (Ludo), le chanteur du groupe. « On est allé faire des tournées dans l’ouest de la France sous la pluie devant 7000 personnes, les gars sont restés là jusqu’au bout parce que chez eux il y a cette habitude d’aller voir un concert, d’aller à un festival et de faire la fête avec ses potes. A Strasbourg elle est très peu marquée. »

Et c’est là où le bât blesse : Strasbourg n’aurait pas de grande culture musicale à l’instar d’autres villes françaises ?

Il est vrai que peu de groupes strasbourgeois sont parvenus à s’émanciper au niveau national. On associe spontanément Nantes à C2C, Nice à Griefjoy ou encore Lille à Skip The Use, mais aucun à Strasbourg. Je peux parler pour Nantes, étant originaire de la région et ayant un pote qui a monté un groupe de pop avec ses amis. A Nantes tous les acteurs travaillent ensemble pour faire monter les plus petits vers les sommets. Pour ce qui est du cas de Vendôme (le groupe de mon ami), ils ont commencé dans des bars et après deux ans, ils ont été repéré par les Inrocks et viennent de remporter leur place pour aller jouer aux côtés de The Chemical Brothers.

Il y a des contre-exemples : The Grand Bay ou encore Fumer Tue ont réussi à percer, et les acteurs strasbourgeois n’y sont pas pour rien. « Personne ne connaît les groupes locaux, tout le monde reste dans son coin et travaille pour lui-même. Mais il faut prendre l’exemple de certaines villes et travailler ensemble pour créer une vraie synergie. Ça a déjà été fait et il faut pouvoir le répéter ».

lyre-le-temps-pokaa1Pour revenir à Lyre Le Temps, ils n’ont pas à rougir : ils reviennent d’un festival à Mumbai, ont participé aux Solidays, à une tournée au Canada ; leur musique s’écoute et s’exporte partout dans le monde (70% de leurs titres se vendent à l’international, en particulier aux Etats-Unis, en Allemagne), et les médias locaux, que ce soit Rue89 Strasbourg, France 3 Alsace, ou encore les DNA, se sont fait les échos de la sortie de Prohibition Swing et de leur prochaine date à La Laiterie. Alors s’ils ne vous restaient qu’une seule chose à faire pour contredire Ry’m, prouvez-lui que Strasbourg peut avoir un public digne de ce nom, et renversez La Laiterie le 16 décembre prochain !

Pour les places, c’est par ici : http://www.artefact.org/la-laiterie/programmation/lyre-le-temps-premiere-partie

Photos : Matthieu Caillaud

PARTAGER
Matthieu
Etudiant angevin exilé volontairement de force à Strasbourg. S'intéresse à tout pour tenter de soigner son addiction au chocolat.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE