Le Salon De Thé Grand Rue, c’est un petit cinéma situé rue des juifs. Non je déconne, c’est un salon de thé situé Grand’Rue, bien-sûr. Un salon de thé ? Pas seulement. C’est aussi un restaurant très surprenant aux allures de maison de poupées. En poste depuis 2002, il a été repris en 2017 par le sympathique Vincent, ancien gérant de la Vince’Stub (aujourd’hui transformé en Comptoir à Manger). Aujourd’hui le restaurant propose 25 places aux passants et habitués qui sont souvent surpris en passant la porte. Pour bruncher, déjeuner ou diner, c’est un endroit chaleureux, tout rouge et tout mignon, plein de cœur, de babioles et de love, comme chez mamie. On a passé la porte et on vous raconte tout.

On ne vous situe plus la Grand’Rue et ses pavés. La rue regorge de petites adresses pour manger un bout ou boire une pinte. Le petit restaurant dont on vous parle aujourd’hui ne vous sautera peut-être pas aux yeux en passant juste devant, néanmoins, en passant la porte on est tout de suite dans une ambiance bienveillante et chaleureuse.

Au moment d’entrer, on remarque tout de suite un présentoir réfrigéré sur lequel trônent une dizaine de magnifiques gâteaux plus appétissants les uns que les autres. Certains font bien 20 centimètres de haut. On a envie de mettre la tête dedans. La décoration de la salle est chargée mais harmonieuse, on se sent rassuré grâce aux couleurs, aux objets et à l’esprit qui règne dans le restaurant. Ce jour là, tout le monde était à la cool, il flottait une bonne ambiance.

On m’avait beaucoup parlé des gâteaux, mais avant d’affronter ces montagnes de kiff sucré, on va boire un petit coup et manger un gros bout. On m’avait conseillé le Bretzel Burger et moi quand on met Bretzel et Burger dans la même phrase ça m’excite tout particulièrement.

On se laisse apprivoisé par le menu écrit à la craie sur les ardoises. Notre choix s’est porté sur un carpaccio de bœuf taillé épais, copeau de comté et larges frites. Pour moi ce sera un Bretzel burger au munster, un truc bien épais.

Les assiettes arrivent et elles sont aussi généreuses que les desserts qu’on a pu apercevoir en entrant. Les assiettes sont colorées, le bretzel burger est forcément visuellement assez original même si il faut se préparer psychologiquement pour l’attaquer lorsqu’on voit de quoi il est composé. Le Munster va bien finir par me calmer.

Alors ça donne quoi ?

  • Le Carpaccio est le plus souvent coupé très finement pour garder sa tendreté et son fondant. Logiquement, plus il est fin plus il est fondant. Proposer un carpaccio coupé épais est donc un vrai pari. Ici, la viande est donc coupée épais mais la qualité et la fraîcheur étant au rendez-vous, l’épaisseur apporte simplement une longueur en bouche supplémentaire que les bons vieux carnivores recherchent. C’est bon, c’est frais et le combo comté + salade fraîche + tomates séchées + petits légumes + frites épaisse te laisse une palette de petites choses à assembler pour un mélange des goûts bien agréable.

  • Parlons du Bretzel Burger. Dans un premier temps j’ai envie de rappeler que je trouve ça si beau… Ce pain traditionnel sous lequel ruisselle ce Munster d’Alsace, avec ses frites épaisses et cette salade fraîche. J’ai presque peur de détruire cette harmonie avec ma grosse fourchette. Non je déconne je vais le DÉMONTER. Le bretzel est un bretzel boulanger classique, il est cependant un peu sec lorsqu’on le mange tout seul. La viande est délicieuse, fraîche et bien saignante comme je l’avais précisé. Elle a cette saveur particulière que je retrouvais lorsque le camion rouge du boucher passait devant chez moi quand j’étais un kid. Trop sentimental le type. Néanmoins, malgré que tout soit bon, le mélange ne match pas totalement. Les frites sont bonnes même si elles ne sont pas maison, le munster est bon et pas trop puissant mais lorsqu’on mélange le tout les saveurs ne fusionnent tout simplement pas et c’est dommage. Malgré ce détail on peut souligner la saveur et la maitrise de chaque produit. Je remarque aussi que l’assemblage ne doit pas être si simple que ça, le munster est soudé au bretzel comme par magie et IL NE DÉPASSE PAS !

Malgré tout ce Munster dégoulinant, j’ai fini par craquer aussi pour un petit dessert ! Je dis petit mais c’est un euphémisme, les desserts sont des plats à part entière tellement ils sont généreux. Pour mon acolyte fan de gâteaux, ce sera tarte aux fruits rouges et pour moi gâteau au chocolat et café. Les deux parts arrivent nappées de crème anglaise, de coulis, de meringue et de smarties, RIEN QUE CA MON GARS.

  • La tarte aux myrtilles est juste comme chez mamie, sans fioriture mais avec un max de coulis. La pâte sablée pleine de beurre est délicieuse. Elle n’est pas trop épaisse et laisse la place aux fruits qui avaient une saveur prononcée. C’est simplement délicieux, rien à dire de plus. Ah si, la meringue était une folie.

  • Le gâteau au chocolat était en trop, difficile d’apprécier les saveurs après un tel repas. Mais le succès des fameuses tartes et gâteaux du salon de thé Grand’rue n’est plus à prouver. Tant pis pour moi, la prochaine fois je garde une place ! Il va falloir passer au salon de thé pour se faire une idée.

Une conclusion ?

Oui monsieur ! Le décor du restaurant est carrément enchanteur, c’est pour moi un des lieux les plus apaisants de Strasbourg. Malgré le passage des riverains qui s’opère de l’autre coté de la vitre, on se sent bien au chaud à l’intérieur. La décoration est pour moi très réussie même si elle peut paraitre chargée. Le mobilier et les éléments de décoration sont superbes et apportent un véritable cachet à ce petit restaurant. On peut facilement discuter et échanger avec ses voisins de table et c’est pour moi une chose importante que d’échanger, avant ou après le café.

L’accueil avait été très souriant et l’une de nos hôtes s’est employée à nous présenter chaque gâteaux avec une envie de tous les dévorer qui faisait sourire, encore un échange sympa. Le carpaccio était très réussi, généreux, savoureux et tendre au milieu de tous ses accompagnements. Le Burger était bon même si les saveurs n’étaient pas totalement en harmonie en raison du caractère bien trempé de chaque ingrédient. Quant aux desserts, toutes les tartes semblaient délicieuses, celle aux fruits rouges l’était tout particulièrement.

En bref, nos hôtes revisitent et rajeunissent les classiques de notre cuisine Locale et française pour leur redonner un petit coup de modernité tout en restant ancré dans la tradition et ça.. on aime !

Les + 

  • La décoration et l’ambiance
  • Les tartes et gâteaux !
  • La fraîcheur et la générosité des assiettes

Les – 

  • Pas de service le soir, dommage.

Le Salon De Thé Grand’Rue

Pour déjeuner, diner ou pour bruncher

80 Grand’Rue
67000 Strasbourg
Tel :03 88 32 12 70

La page Facebook du restaurant


2 COMMENTAIRES

  1. Sans tomber dans le « avant, c’était mieux ! », le salon de thé Grand’Rue a un peu perdu de son âme. La déco, si bien évoquée, s’est assagie et banalisée. Par le passé, le salon était un invraisemblable cafarnaüm plein d’humour qui, outre ses exquises tartes au fromage nappées de coulis de fruits rouges, en faisait un lieu d’exception à Strasbourg. Blanche-neige, qui trônait au-dessus de la vitrine, a d’ailleurs disparu, laissant les nains orphelins… Une pétition devrait être organisée pour son retour car elle nous est indispensable. 🙂

  2. Nous avons essayé de trouver une table tous les samedi après-midi pendant des semaines!
    Bon c’est l’hiver et nous avons une poussette! Pas évident
    Mais l’accueil horrible qu’on nous a réservé il y a 15 jours était en dessous de tout!
    Mon compagnon a simplement ouvert la porte de l’établissement pour voir s’il y avait de la place!
    La serveuse a ordonné à ce dernier de fermer la porte
    Quand mon compagnon a poliment demandé s’il restait une table elle lui a intimé par partir sur le même ton super agressif!
    Alors c’est très bon mais pour l’accueil on repassera, ou plutôt on ne repassera pas

LAISSER UN COMMENTAIRE