Une trentaine de mètres de haut.
Environ 180 ans d’existence.
En provenance de la forêt de Moussey dans les Vosges.

Comme tous les ans en fin d’année, un champion des aiguilles doit dominer la Place Kléber de toute sa majesté. Pour cela, rien de mieux que d’aller dans les massifs vosgiens pour tronçonner les pieds du plus grand baobab de Noël.

Pourquoi je me sens tout ému ?

Parce qu’un arbre de cette taille et de cet âge est majestueux et que l’imaginer se faire couper pour finir sur des selfies Instagram ça fait toujours un petit pincement au coeur.

Pourquoi ce n’est pas complètement triste ?

Parce qu’un arbre de cette taille capte aussi beaucoup de lumière et de minéraux pour tenir la forme. Par conséquent, sa présence réduit le développement de jeunes sapins autour de lui. Son départ permettra à de nouvelles pousses de grandir et fera évoluer la paysage de la forêt de Moussey. HappyEnd à la sauce Walt Disney.

Posey avec mon baobab de Noël

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE