L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération. C’est mal, m’voyez.

La semaine dernière, j’ai testé une soirée au nom plus facile à lire qu’à écrire. Son doux nom, c’est Oenosensorielle. Mais qui est-ce ? Et pourquoi je vous en parle aujourd’hui ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais d’abord vous parler un peu de la Vinotek, ce lieu immense niché au 9, rue Vauban à Mundolsheim. C’est son propriétaire, Marc Walter, qui a eu l’idée de ce concept. Ce passionné, qui travaille dans le vin depuis 2013, a tout quitté pour ouvrir cette cave d’un genre nouveau aux portes de Strasbourg.

Imaginez un entrepôt gigantesque, tout de bois vêtu, avec des centaines de bouteilles qui ne demandent qu’à être bues ! Ça y est, vous l’avez ? Eh bien, c’est encore mieux en vrai, il y a de quoi devenir fou si la bonne bouteille, c’est votre dada… Comme nous étions un peu en avance, nous avons pu faire connaissance avec Marc et Philippe qui nous ont vraiment mis à l’aise, deux bons vivants qui vous feront partager leur amour pour ce breuvage.

Le reste des troupes arrivent, il est temps de passer à l’action, on est là pour ça ! Après une brève présentation, on en apprend un peu plus sur ces soirées : il s’agit d’un parcours initiatique mettant les sens en éveil. Pour nos deux compères, l’émotion doit primer sur l’étiquette avant tout, et ça, c’est cool ! En gros, une bouteille chère n’est pas forcément adaptée à vos goûts et cette soirée va nous permettre d’établir notre profil oeno-sensoriel, de comprendre quels sont les vins qui correspondent le mieux à notre palais.

Mise en bouche

Un petit quiz d’une dizaine de questions autour du vin, tiens donc ? On peut y apprendre, pour ceux qui ne le savaient pas déjà, que le plus vieux vin du monde en fût se trouve dans notre belle ville de Strasbourg, dans la cave des hospices civils et que la gamine date de 1472. On apprend aussi que le Vatican est le plus gros consommateur de vins au monde (par habitant) : 74 litres de vin par an et par personne. Tout de même ! On y apprend également qu’il existe 51 grands crus en Alsace ! Une très bonne idée ce quiz, même si je dois vous avouer que je n’ai pas brillé. J’ai fini bon cinquième, pile dans la moitié… Les autres ont triché, j’en suis maintenant persuadé.

Seconde étape : Les tests à l’aveugle  – histoire de mieux cerner ses goûts

On commence par déguster six chocolats différents, on essaie de reconnaître leurs arômes, et on note nos préférences. Certains sont forts, amers, corsés, d’autres plutôt doux et crémeux, il en faut pour tous les goûts.

C’est au tour de notre nez de travailler un peu, on sent six fioles, et à nouveau, on note l’odeur qui s’en dégage : noisette, abricot, thym. Certaines sont plutôt faciles à trouver quand d’autres se révèlent plus subtiles.

On enchaîne sur le test de trois vins blancs à l’aveugle, donc sans voir les bouteilles : on les hument, les goûtent, on décrit ce qu’on aime ou pas, puis on les note de 1 à 10. J’ai beaucoup aimé la partie où l’on doit essayer de déterminer le prix de chaque bouteille ! On se rend vite compte que les vins que l’on préfère ne sont pas forcement les plus onéreux, et c’est plutôt bon à savoir !

Je savais qu’il y aurait du fromage et ça, je le redoutais…  Oui, je n’aime pas ça ! Rangez vos baguettes et votre brie, j’ai quand même essayé ! Et très bonne surprise : j’ai beaucoup aimé le comté affiné de 24 mois… Stupeurs et tremblements. Ces soirées servent également à cela : repousser vos limites et découvrir de nouvelles saveurs que vous n’auriez peut être pas pris le temps d’essayer. Ultime défi pour nos narines et nos papilles, les trois vins rouges ! Même principe que pour les blancs : Marc et Philippe ont sélectionné des vins peu habituels, notamment un vin rouge qui se déguste frais, une surprise de plus.

J’ai vraiment apprécié tous ces tests à l’aveugle qui sont adaptés aussi bien aux novices qu’aux personnes plus expérimentées. On se prête vraiment au jeu assez rapidement mais tout petit bémol : il y a un peu trop de théorie à mon goût, on perd un peu en émotion  !

Pour conclure, on nous apporte le repas préparé par le traiteur Fleck&co. Oui, il fallait encore avoir un peu de place, d’autant plus que le plat était plutôt, très (trop ?) bourratif : Spaetzele, bœuf en sauce et encore de la purée en dessous ! Le dessert apporte juste la petite note sucrée qu’il fallait avant de partir : petite verrine noix de coco et quetsche.

Je repars ravi de cette soirée et je me dis que l’expérience vaut le déplacement, j’ai cependant vraiment hâte de découvrir mon profil.


La Vinotek
9, rue Vauban
67450 Mundolsheim
03 88 48 20 41

Soirée Oenosensorielle
Entre 30 et 50 €
Consulter la page Facebook pour suivre les dates

Site web
Page Facebook 


Photographies : Bastien Pietronave.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE