Le temps passe et nos villes changent. Les habitudes évoluent avec la technologie, les modes, les envies et les délires de l’époque. Certains sont nostalgiques de trucs qu’ils n’ont jamais connus. D’autres regrettent de voir disparaître des choses obsolètes. D’autres s’en foutent. Nos villes étant en perpétuels renouvellements, elles se modifient petit à petit et ce parfois sans qu’on ne le remarque.

On aurait pu se faire une petite liste des choses qui ont disparu ou qui sont en voie de disparition comme les joueurs de Pokemon Go, les CDIs, les gens de plus de 90 ans, le Respect, Dieu, la guillotine, Myspace ou les bons dessins animés Disney… elle aurait été longue, inutile et sans doute teintée d’un aigre « c’était mieux avant ». Bref, peu constructif. Autant parler de ces lieux, mobiliers et objets qui disparaissent de nos villes. Juste histoire de faire prendre un coup de vieux à un ou deux strasbourgeois.

Les Cabines Téléphoniques

Impossible de refaire des scènes de films, de menacer quelqu’un ou d’appeler son dealer tranquillement ! A cause de l’arrivée massive de téléphones portables et des coûts d’entretien, les cabines téléphoniques sont désormais loin d’être rentables, au contraire. Il en resterait moins de 6000 aujourd’hui en France. Auparavant, il y en avait partout à Strasbourg : Kléber, Esplanade, République… La légende dit qu’il en restait 39 en Alsace, mais normalement les dernières devraient être retirées d’ici la fin de l’année. De toute façon, aujourd’hui, il suffit de demander à un gentil passant son smartphone…

Une cabine téléphonique à côté de l’ancien Virgin, rue du 22 novembre à Strasbourg

Les Cinémas X

Aaaah Youporn, Pornhub, Jacquie et Michel… vous avez sans doute construit une industrie massive qui connaît mieux ses consommateurs qu’ils ne se connaissent eux-mêmes, mais vous n’aurez jamais le charme et la classe de vos ancêtres ! Les salles de cinéma diffusant exclusivement des films érotiques et pornographiques ont quasiment toutes disparues. Elles étaient les dignes représentantes d’une époque de début de libération sexuelle. Les néons et les affiches graveleuses faisaient fuir les mijaurées et laissaient planer une mystérieuse aura de débauche dans la rue ou le cinéma s’était installé. Aujourd’hui, plus de quartier rouge, à part quelques petits sexshops … Dommage ? En tout cas, il reste quelques lieux discrets sur Strasbourg qui projettent des films X, comme le VIDEONE rue d’Obernai ou le « WM le coin des mecs » à Grand-Rue ou encore les Cinémas Star qui projettent ce vendredi un film porno féministe suédois. Fût un temps où la rue du Vieux Marché aux Vins avait deux lieux dédiés à ce genre d’œuvres cinématographiques : le Ciné Bref, une établissement de projection X qui a laissé sa place à  à l’actuel Generale d’Optique et le cinéma Méliès (l’actuel Footlocker) qui avait une seule salle réservée à ce genre de diffusions.

 

 

Le Mobilier SDF-Friendly

Bah oui, ça semble logique non ? Un banc, ce n’est pas fait pour dormir ! Un abribus, c’est fait pour abriter les gens QUI ATTENDENT LE BUS. Pas pour accueillir les SANS-abris. Vous comprenez, on peut baisser les APLs, mais on a de la thune pour vous empêcher de nuire une fois que vous êtes expulsés… Et puis ce n’est pas comme si l’espace PUBLIC était ouvert à tout le monde, ça se saurait. Si vous avez des exemples « d’urbanisme inhumain » à Strasbourg, n’hésitez pas à les faire suivre dans les commentaires ou sur le site : http://urbanisme-inhumain.tumblr.com/

La célèbre statue place Kléber, entourée d’une barrière pour éviter les dangereux punks à chiens et autres perturbateurs de l’ordre pudique

Les Vespasiennes/Sanisettes (google it)

Les toilettes publiques ne sont plus ouvertes alors que vous venez de faire la fermeture de votre bar préféré… Comment faire pour écouler toute cette bière ? Uriner dans l’espace publique ? Noooon, on ne va pas enfreindre la loi tout de même… Bon. Reste plus qu’à garder sa vessie en ordre jusqu’à Schiltigheim en essayant de ne pas se pisser dessus. Cet arbre à l’air sympa quand même…

Les cireurs de chaussures

En même temps ces cons de jeunes ne savent plus comment se chausser ! Ils sont tous avec des chaussures de sport ou des trucs en tissu bizarre avec des roulettes ou des lumières… Conneries new age. Pourtant on pourrait se dire qu’avec tout le fric que les parlementaires européens ont en trop pour leurs frais, doit y avoir de la pompe à reluire … En tout cas presque plus de cireur à part un ou deux qui passent de temps en temps rue de grandes arcades, comme le désormais célèbre Laurent. Mais big up à tous les autres, petits anges partis trop tôt, tout comme les vendeurs de journaux à la criée. Tristesse.

Les vidéothèques

Les soirées Pizza-VHS ça vous manque ? Maintenant entre Netflix, le téléchargement (illégal ou pas, on vous voit 😉 ) et le streaming, plus besoin de s’embêter à emprunter et aller rendre votre film, Internet se charge de tout pour vous depuis votre salon. Pour les plus nostalgiques, sachez qu’il reste encore quelques endroits comme la médiathèque ou les vidéoclubs comme Petites Fugues où vous pouvez faire l’effort de vous déplacer pour aller récupérer un film.

Les vélos de mes potes (lol)

Oui, toi là avec ta pince monseigneur qui rentre de soirée ou qui vend des selles au marché noir, on te voit. Rends l’argent et arrête de dégommer les cadenas et les arceaux de ma ville.

Cadenas brisé, arceau déboulonné … on n’est plus à l’abri

On pourrait aussi parler des commerces qui ont disparus comme le Virgin Mégastore, le Snooker ou des trucs qui sont apparus ces dernières années comme les blocs de béton à l’entrée de la place Kléber, les rues piétonnes, les composts publics et les boites de collectes de vêtements… ou encore des trucs qui apparaissent et disparaissent au fil des saisons comme les points d’eau publiques ou les infrastructures du marché de Noël… Ça sera pour une prochaine fois !

N’hésitez pas à rajouter en commentaire les éléments auxquels on n’aurait pas pensé (il y en a beaucoup) qui apparaissent, disparaissent dans notre ville. Qu’est-ce qui a changé ? Du coup, c’est bien ou pas bien ? Diffusez nous votre science infuse et partagez votre mémoire d’éléphant.

5 COMMENTAIRES

  1. Juste un petit truc qui me dérange… Et le problème c’est que certainement 98 % de la population Strasbourgeoise ignore .
    On ne rajoute pas des barrières gratuitement autour de la statut de Kleber pour emmerder ces pauvres gentils punk à chiens. On essaye de garder une image respectueuse d’une sépulture. Oui oui un certain monsieur Kleber est enterré là en dessous , de leurs odeurs de pisse et de 8.6. Voilà c’est tout .

  2. La ville change effectivement en même temps que les moeurs et les époques… Concernant la statue de la place Kléber, je pense que c’est plus une question de respect : il ne faut pas oublier que c’est avant tout une sépulture où repose le Général Kléber, et il était effectivement un peu déplacé que des gens montent dessus en permanence… Après, cela n’excuse pas les bancs qui empêchent les SDF de dormir dessus…

  3. Marc, à moins que l’article ait été actualisé entre 7h21 et 16h18, il y a bien un Laurent cité dans le paragraphe du cireur et il y a même un lien menant vers un article
    Bonne journée

LAISSER UN COMMENTAIRE