Pour beaucoup, demain c’est la rentrée.
Pour d’autres, demain c’est surtout l’occasion de se faire entendre.

Tu avais les nuits courtes en pensant aux premiers jours de septembre ? Tu avais bien calculé le temps qu’il te fallait pour arriver à l’heure à la fac ou au boulot ? Et bien sache que ta rentrée sera peut-être bien plus pénible que ce qu’elle aurait dû être. Pourquoi ? Parce que la CGT du Bas-Rhin a appelé les agents de la CTS, de l’Eurométropole et des Hôpitaux à faire grève.

Des grèves ?

Et oui, tandis que les Batoramas naviguent paisiblement et que la bière continue de mousser, des choses sont sur le point de changer autour de nous. La CTS, l’Eurométropole et les Hôpitaux tendent vers une réduction des coûts. La volonté de ces entités va vers une mutualisation des services et une externalisation de certaines missions.
Autrement dit, on regroupe, on réduit le nombre de postes et on paie des sociétés privées pour compenser le vide laissé par les emplois fraîchement supprimés.

Pas top pour nous, et pas top pour les équipes employées dans ces services.
L’argent public manque : les directions essaient donc de trouver des solutions et l’austérité est la mode du moment (depuis début 2000). So hype.

Souvenez-vous des amendes de la CTS

Il y a un peu plus de 2 mois, la grève de la CTS avait déjà fait parler d’elle en tombant pile le jour de la Fête de la Musique. Les réseaux sociaux s’étaient enflammés et les insultes pleuvaient. Après ça, de nombreux courriers avaient été envoyés par les services de la CTS pour réclamer une dédommagement de 95 € à toutes les personnes ayant « insultées » l’institution sur Facebook ou Twitter. Rien que ça.

Cette action était parfaite pour se mettre à dos encore un peu plus de monde. On pourrait presque se demander si ce n’était pas une décision de la direction pour détruire toute chance d’empathie des Strasbourgeois en faveur des grévistes…

Et donc, là…

C’est rebelote ! Demain est une journée importante pour beaucoup de monde et beaucoup de personnes seront ennuyés par cette grève. Que ce soit dans les transports, les administrations ou les hôpitaux. Du coup, gardez votre sang-froid et prévoyez un peu plus de temps si vous avez à faire avec une de ces 3 institutions.

Ensuite, une fois la journée passée et l’agacement redescendue, vous pourrez toujours vous accorder 5 minutes pour vous demandez si ces personnes avaient raison ou non de faire grève. On vous invite au débat dans les commentaires.


En savoir plus :


 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE