Il y a quelques mois, je suis partie voyager grâce au financement d’une association peu connue appelée Zellidja.

Je cherchais l’aventure, et je l’ai trouvée en décrochant une bourse de voyages un peu particulière !
Le concept ? Faire partir voyager seul des jeunes de 16 à 20 ans avec un projet…

J’ai découvert ces bourses un peu par hasard sur internet et j’ai été séduite par le défi qu’elles lancent. Il s’agit de construire un projet de A à Z, sans aucune aide, pour faire des recherches sur un sujet et revenir avec un film/un récit audio/un écrit pour retranscrire ce qu’on a trouvé. Si notre projet est sélectionné, on reçoit une bourse pouvant aller jusqu’à 1 100 € ! Pour ne citer que ça, les sujets peuvent aller de l’étude d’une communauté matriarcale en Chine à une expérience d’immersion chez des agriculteurs népalais…

De mon côté, j’ai choisi de partir un mois à Bali pour réaliser un web-documentaire sur la culture punk en Indonésie. Le choix du projet s’est fait très naturellement ; je regardais les actualités et je suis tombée sur un article présentant un groupe de punk rock balinais impliqué dans un mouvement d’activisme social et environnemental. Fan de musique punk, et très attirée par le milieu de l’activisme, je me suis dit qu’il y avait un truc à creuser ! Alors j’ai monté un dossier à partir des infos trouvées sur le net, passé l’oral de sélection, et je me suis lancée.

DSC_2816

DSC_2534

xxx-0254

xxx-0381

Le plus dur était le départ. C’est bizarre de partir comme ça, toute seule à 19 ans pour un mois entier, sans connaître personne là où on va ! C’est laisser tous ses repères derrière soi pour se confronter à l’inconnu et aux appréhensions qui vont avec. C’est à ce moment là qu’on franchit véritablement une barrière. Je ne savais pas à quel point ça allait me changer…

Pour résumer de manière vraiment condensée : ça s’est passé encore dix fois mieux que tout ce dont j’aurais pu rêver.
Bon OK, j’ai failli rater une escale en Malaisie, et j’ai passé ma première journée à attendre mes bagages restés aux Emirats Arabes Unis. Mais le deuxième jour, j’avais déjà réalisé une interview et je m’étais fait un groupe d’amis fantastiques – qui m’écrivent encore aujourd’hui. Le jour suivant, je rencontrai totalement par hasard le leader du groupe dont parlait l’article qui m’avait donné l’idée de mon sujet.
Le reste du voyage suivit sur le même ton ! J’ai parcouru en long et en large la jungle balinaise avec des bikers, appris à surfer toute seule, regardé des gens se faire tatouer de la tête aux pieds, fait des découvertes improbables, et passé des soirées avec des célébrités indonésiennes. Ça ferait très long à raconter ici, mais pour les curieux
mon web-documentaire est en ligne ici !
Vous y trouverez un bon aperçu de mon aventure et de ce qu’elle m’a appris sur le lien qu’il peut y avoir entre mouvement culturel et activisme.

DSC_2788

DSC_1575

DSC_2933

DSC_1877

En fait ce qui me semble le plus intéressant dans l’expérience d’un voyage comme celui-ci, ce n’est pas tant les instants vécus, mais ce qu’on en retire pour toute sa vie. J’ai eu l’occasion de discuter avec d’autres boursiers de Zellidja, et on parvient tous plus ou moins à la même conclusion…

Lorsqu’on revient d’un voyage comme celui là, on ne revient pas juste avec des photos et quelques anecdotes. On revient avec un nouveau sentiment de liberté, et affranchi de ses limites. On ne dépasse pas juste ses limites, on se rend compte qu’elles sont telles que nous nous les fixons et que l’on peut choisir de les envoyer balader pour vivre ses rêves.

J’avais toujours perçu le fait d’être une rêveuse comme quelque chose de négatif et d’inutile. Mon expérience m’a permis de remettre en persective toutes les contraintes sociétales et les idées préconçues qui me retenaient de croire en mes rêves.
Je  veux dire : j’ai pu obtenir un financement pour partir rencontrer des punks à l’autre bout de la planète, m’intégrer en un clin d’œil dans un environnement très différent du mien, et  découvrir un mode de vie qu’on est même pas capables d’imaginer ici. Et n’importe qui peut faire ce genre de choses ! Voilà mon message. Osez !

DSC_2697
DSC_2655
DSC_2506
DSC_3004
DSC_1624
DSC_2356
DSC_1532
DSC_1622
DSC_2927
DSC_1687
DSC_1706
DSC_2014
DSC_1725
DSC_2086
DSC_2027
DSC_1488
DSC_0077
DSC_3063

DSC_2164
DSC_0120
Photographies : Pauline Ruhlmann

PARTAGER
Pauline
Curieuse, touche-à-tout et fan de musique punk.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE