Avertissement : cette expérience a été réalisée par des professionnels, ne tentez pas de la reproduire sans l’accord de votre médecin traitant.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération. C’est mal, m’voyez.

Bien plus que l’entrée du lac souterrain de la cathédrale.
Bien plus encore que les recettes traditionnelles de vos grands-mères.
Toujours plus que les bars cachés du centre-ville.

Je vais vous révéler un des secrets les mieux gardé de Strasbourg.
Un secret parmi les quelques uns que je n’ai pas encore voulu vous révéler. Un secret qui une fois dévoilée risque fort heureusement de m’empêcher d’en profiter…

 ☛ Il existe un restaurant japonais à Strasbourg centre qui propose une formule à volonté assez singulière. Une formule qui ne vous laissera pas indemne. Une formule qui vous en fera davantage apprendre sur la nature humaine. ☚


Je ne suis pas un grand amoureux des restaurants à volonté. Non. Généralement, ces derniers sont contre-nature. Selon les lois naturelles de la restauration, un client qui consomme est un bon client. Le personnel fera de son mieux pour mettre les clients à l’aise et les pousser à consommer.

Avec les restos à volonté, la logique est toute autre. Un bon client est un client qui mange peu et part vite. Le seul témoignage de sympathie vient généralement au moment de l’addition, juste avant que vous quittiez l’endroit pour laisser votre place à un autre estomac.

Une mécanique bien huilée

La problématique d’un restaurant à volonté est d’arriver à remplir l’estomac de ses clients avec les produits les moins chers tout en donnant quand même envie à ses derniers de revenir une autre fois. Sushis blindés de riz, fritures bien grasses et farineuses mais aussi quelques plats « frais » pour dissimuler le gavage.

Lorsque l’on mange, nos cellules intestinales sécrètent une hormone appelée cholécystokinine, elle est la principale responsable de la sensation de faim et de satiété.  Cette hormone envoie un signal au cerveau pour signaler que le corps est rassasié.
Cependant, ce signal met du temps à faire son petit bout de chemin jusqu’au cerveau : environ une vingtaine de minutes.

Ces vingt minutes sont l’élément clé à la survie du portefeuille de tout gérant de restaurant proposant une formule à volonté. La disposition de son buffet, la taille des portions servies et les attitudes de son personnel seront adaptées selon cette durée.

• En buffet, ce dernier sera disposé de manière à vous pousser à commencer le repas par des entrées grasses et peu coûteuses. Une fois plein de farine et d’huile, ce sera le moment pour vous d’arriver aux produits frais (les plus chers : woks, sushis, etc) mais pas de bol, votre estomac sera déjà plein comme un lendemain de fête.

• Pour les restaurants à volonté qui fonctionnent en sélectionnant sur une carte, les plats seront mieux servis et plus rapidement emmenés à table en début de repas qu’une fois la première demi-heure passée. Au fur et à mesure, le personnel de salle se fera de plus en plus discret et évitera votre table, le temps que la satiété vous achève et vous fasse renoncer à une commande supplémentaire.

Et donc, pourquoi ce restaurant est-il l’enfant de l’antéchrist et de Donald Trump réunis ? Le mal sur Terre et la porte ouverte à toutes les perversions ?

Contrairement à nombre de ses concurrents, celui-ci ne se contente pas de vous remplir de nourriture, il propose une formule directement sortie des cerveaux les plus malsains et gangrénés que l’humanité ait pu pondre :

Nourriture + alcool à volonté. Le tout pour 35 €, clé en main.

Bières japonaises ou Saké, sashimis, sushis, makis, yakitoris et tout ce que tu veux qui fini en -i et que tu as l’habitude de trouver dans les restos nippons.

Ce temple glorifiant l’opulence et l’autoflagellation stomacal s’appelle Fujiyama et se trouve au numéro 19 de la rue des Veaux. En curieux, j’y suis entré et derrière moi j’ai laissé une part de mon insouciance et de mon humanité.

Au Fujiyama, le service est plutôt correct, les plats sont au-dessus de la moyenne des japonais à volonté (donc pas fou-fou mais y’a pire) et la déco n’est pas désagréable. Ici, c’est vraiment la bière et le saké qui font la différence. Sans surprises, l’ambiance y est plus chaleureuse qu’ailleurs et la compétition malsaine du « j’vais en avoir pour mon argent, tu vas voir ! » est décuplée passé le premier litre de bière. Passé une heure sur place, les ceintures s’ouvrent d’un cran et la bière rend les clients plus bavards. Passé deux heures, les commandes se font rares et la clientèle, bien tassée, redécouvre avec horreur la loi de la gravité.

La finalité, elle, n’est pas bien différente des autres restaurants à volonté : c’est la culpabilité, le regret et la promesse à soi-même de se dire « plus jamais ».

* La formule est seulement proposée le soir.

9 COMMENTAIRES

  1. Sympa de se faire accueillir par un doigt d’honneur sur cet article… Et qu’est-ce que je vous ai fait ? Et de réinsister plus loin, en plus.
    C’est pour faire le punk nihiliste, c’est ça ? Vous avez quel âge ?
    Pas demain la veille que je désactiverai mon adblock pour vous, tiens.

  2. Rien qu’en voyant le doigt d’honneur des deux photos on peut évaluer la qualité de l’article et à quel point c’est des branleurs ceux qui l’ont fait.
    Du routage de gueule ouais …

  3. Cela m’a interpellé également cette photo… je me suis dit « mouais… son pote a voulu faire le dingue… »
    Contenu de l’article pas mal malgré cette entrée en matière étrange (photo), ca éveille la curiosité et on se dit « à tester ».

  4. Oui curieux cette photo, ça ne ressemble pas au Pooka que je connais. J’ai eu l’impression que c’était directement à mon attention. Qu’ai je fais, moi gentil lecteur de ce sympathique (habituellement) blog 🙁

  5. J’avais déjà testé ce restaurant en formule à volonté mais je préfère un nouveau resto japonais qui vient de s’installer il n’y a pas longtemps qui s’appelle sushifumi et qui fait également une formule à volonté pour 29,95 euros : http://www.sushifumi.fr/menu/formule-a-volonte
    On peut réserver en ligne sa table sur http://www.sushifumi.fr et c’est assez pratique 🙂
    J’aime bien aussi le style manga du resto qui est assez original et marrant

LAISSER UN COMMENTAIRE