C’est à la Kulture qu’on s’est donné rendez-vous un jeudi après-midi tout gris, quelques heures avant le lancement de leur premier clip, TASTE.
Je m’assieds face aux deux, hypnotisée par leurs yeux bleus. lls se présentent. Jo et Bo, Bo and Jo. Enchantée messieurs. 

On commande deux chocolats chauds et un café allongé. Un léger fond sonore résonne dans nos oreilles. Le voyage peut commencer (à bord d’une corvette, bien évidemment). 

Photo : LKL Prod

Rencontre avec Wolves feat Bo* Johnson

C’est l’histoire d’un DJ et d’un chanteur qui sortent un clip tourné à Strasbourg. Ou plutôt d’un loup et d’une diva (déso Bo, je sais que tu n’aimes pas trop qu’on dise ça), qui se lient d’amitié et qui décident d’entremêler leurs univers musicaux.

► Bo et Jo. Jo et Bo. OK. Mais qui sont-ils ?

Jo (de son petit nom Joseph) alias Wolves est disc jockey. Ça fait une dizaine d’années qu’il fait de la musique sa passion et qu’il s’inspire de beats principalement anglo-saxons, tels qu’Eskimo ou encore Gramatik pour composer ses sons. Lui, son registre c’est la house/UK/garage.
Wolves, Caterva, No Prod ou encore Yeah Girl. Ses noms de scène sont multiples mais il reste toujours le même, fidèle à lui-même.

À ses côtés, Bo, alias Bo* Johnson (de son véritable nom Jean Lionel Frank Ludovic Bobby… Si si, véridique) est chanteur depuis ses 4 ans. Bo ça vient de Bobby, comme Bobby Ewing que sa mère adore. Et Johnson, de Jean, son grand-père et de son (en anglais fils). Soit le fils de Jean. Son univers, le gospel, la soul et le blues. 

Tous deux sont issus de deux mondes différents, et pourtant il a suffit d’un instant il y a deux ans, pour qu’une alchimie naisse. Cette fusion, ils la qualifient volontairement de « soulectric » (soul-electronique).
Le challenge ? Mêler de la house avec la voix de Bo. Une expérience pour nos deux acolytes. Mais au final, c’est bien de ça dont parle le clip non ? TASTE (tester en anglais). 

T → Trendy
A → Artistique
S → Sensuel
T → Tactile
E → Electro

► Quelle a été l’inspiration pour le titre ? 

Bo qui chante depuis son plus jeune âge, a trouvé l’opportunité en rencontrant Jo, de s’essayer à l’electro. Une alternative, une nouvelle expérience, qu’ils ont retranscrite en une musique.

► De quoi parle-t-elle ? 

Bo est camerounais. « On me considère comme un Bounty au pays. Je suis black à l’extérieur, mais blanc à l’intérieur ». Ça le fait rigoler. Bo a beaucoup d’autodérision. En même temps, dans la vie, il en faut. Ses différences font sa force, même si ça n’est pas toujours évident de l’assumer.

Aussi, TASTE, c’est l’occasion pour eux de faire passer un message authentique : « Avant de juger, essayons de découvrir ».
Cassons les codes, poussons nos limites. « Ça ne veut pas forcément dire aller dans les extrêmes, boire, se droguer ou se mettre en danger. Simplement y aller, foncer. Ne pas s’arrêter aux jugements ou aux divergences ». Il faut aller plus loin, expérimenter, tout en se respectant et en respectant les autres.

► Pourquoi avoir choisi de tourner le clip à Strasbourg ? 

Bo et Jo vivent ici depuis des années. Initialement, ils devaient tourner le clip uniquement dans la laverie. Jo me confie : « Dès que je rentrais complètement bourré du Studio à vélo, je passais devant cette laverie. J’adore les lumières, les couleurs, l’ambiance. Ça me fait penser à certains endroits des USA. Je savais que je voulais tourner le clip là ». Sauf qu’il a commencé à faire froid. Ils ont donc cherché d’autres lieux.

L’idée de la Kulture est venue comme ça. Pour l’état l’esprit et parce que cet endroit représente une partie de la scène électronique strasbourgeoise. Une partie a également été tourné au Graffalgar, pour la scéno et la déco bien décalée.

Ils avaient aussi envie de faire participer des amis, des personnes qu’ils côtoient au quotidien ou simplement qui ont voulu participer au projet comme une expérience. « Tout le monde a vraiment joué le jeu… C’était incroyable. On leur est très reconnaissant. Sans eux, on n’aurait pas eu ce résultat ». 

Bref. La boucle est bouclée.
À vous de tester. 

PARTAGER
Hélène Berrier
Food trotteuse en herbe.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE